Décentrement...

Ce forum est destiné à recevoir toutes vos questions sur les appareils anciens, si elles ne trouvent pas meilleur thème ci-dessous, mais pas les petites annonces de ventes, achats ...
Jean-Pierre S
Messages : 326
Enregistré le : lun. 13 janv. 2014 18:06

Décentrement...

Message non lu par Jean-Pierre S »

Bonjour à toutes et à tous,
Vous avez du remarquer comme moi que les appareils anciens, les chambres en bois ou en métal, présentaient très couramment des dispositifs de décentrement vertical et horizontal.
Cela semblait être le nec plus ultra à l'époque car cela permettait notamment de redresser les perspectives alors que maintenant les appareils et objectifs modernes en sont dépourvus.
Est-ce que la demande des consommateurs a changé ou bien est ce que la technique ultra sophistiquée de nos objectifs actuels ne permet plus cette potion?
Jean-pierre S

Avatar du membre
Bernard Muraccioli
Membre des Amis du Site et du Forum
Membre des Amis du Site et du Forum
Messages : 1364
Enregistré le : lun. 25 oct. 2010 07:38

Re: Décentrement...

Message non lu par Bernard Muraccioli »

Si , mais pour cher, il y a des objectifs à décentrement pour Canon ou Nikon ou fuji, mais il faut bien entendu travailler avec un pied. Tu peut trouver chez Samyang des objectifs performants.https://fr.shopping.rakuten.com/offer/b ... cZEALw_wcB
On a deux vies, et la deuxième commence quand on se rend compte qu’on n’en a qu’une (Confucius)

Jean-Pierre S
Messages : 326
Enregistré le : lun. 13 janv. 2014 18:06

Re: Décentrement...

Message non lu par Jean-Pierre S »

...oui, je sais qu'il existe des objectifs modernes à décentrement, du temps de l'argentique c'était encore courant, mais cher, mais est-ce qu'il existe encore aujourd'hui des zoom-autofocus-stabilisés à décentrement?
D'autre part, j'ai peut-être mal posé ma question: qu'est-ce qui justifiait la demande de décentrement dans la 1er partie du XXem siècle alors que dans la 2em partie on s'en ai pratiquement passé?
Est-ce que c'est une question de format de surface sensible, ou bien le fait que l'objectif des chambres étant indépendant du boitier du fait du soufflet, il était facile d'offrir ce perfectionnement aux photographes?
JPS

Avatar du membre
ROCHEVALIER Michel
Membre des Amis du Site et du Forum
Membre des Amis du Site et du Forum
Messages : 1842
Enregistré le : ven. 28 sept. 2007 07:47

Re: Décentrement...

Message non lu par ROCHEVALIER Michel »

Bonjour Jean-Pierre

Sur les chambres photographiques du début du XXème les optiques étaient montées sur une planchette que l'on pouvait déplacer de haut en bas ( décentrement vertical) et de gauche à droite ( décentrement horizontal).
L'image produite par l'objectif étant circulaire, la focale utilisée suivant le format devait être,bien évidemment, nettement supérieure à la valeur de la diagonale du format utilisé, sous peine d'avoir un vignettage sur les deux côtés du bas ou bien du haut, ou bien de ceux de droite ou de gauche.

-Gros inconvénient donc, lors du passage au format 24x36.

-Les appareils de ce format permettaient de faire des prises de vues en les tenant bien plus hauts (ou plus bas) en orientant ces derniers extrêmement facilement, et ce, par rapport à une chambre photographique obligatoirement sur pied.Ce format étant plutôt destiné au reportage,les optiques à décentrement devenaient donc moins utiles.

Il faut toutefois préciser que le décentrement atténuait l'effet de déformation de perspective, et les bascules des chambres photo complétaient l'amélioration apportée au décentrement.

-Lors du passage au numérique, on a très vite pu, grâce aux logiciels de retouche, redresser les perspectives électroniquement.
Pourquoi alors, fabriquer des optiques à décentrement dont le prix aurait nettement plombé l'attractivité des premiers appareils numériques; prix qui, ne l'oublions pas, était déjà élevé, pour une qualité qui était loin de valoir celle de l'argentique; ce qui n'est plus le cas aujourd'hui.

Voilà peut-être quelques bonnes raisons à cette diminution drastique des objectifs à décentrement.
Une belle phrase mal orthographiée, c'est comme une belle femme mal maquillée. ORTHOGRAPHIX

philippe fene
Messages : 223
Enregistré le : lun. 9 sept. 2013 07:07

Re: Décentrement...

Message non lu par philippe fene »

Le décentrement et la bascule ne sont utilisables pratiquement qu'avec une visée sur un dépoli de grand format au minimum 9 x 12 cm et nécessite de la part du photographe des connaissance théorique très pointues il suffit de lire par exemple le livre de René Bouillot " Moyens et Grands Formats " pour le comprendre.

Bref même à la fin de l'argentique le marché des optiques à décentrement pour des boitiers 24 x 36 mm, 6 x 6 ou 6 x 9 cm était marginal tant la difficulté de mise en oeuvre est grande , de plus l'usage de ce genre d'optique en général grand-angle, 28 ou 35 mm, sur des boitiers à visée reflex impliquait des formules rétrofocus avec des tarifs plus qu'élevés :)

Philippe

Jean-Pierre S
Messages : 326
Enregistré le : lun. 13 janv. 2014 18:06

Re: Décentrement...

Message non lu par Jean-Pierre S »

....Merci pour ces interventions qui éclairent ma lanterne!
Jean-pierre S

Avatar du membre
Arnaud SAUDAX
Membre des Amis du Site et du Forum
Membre des Amis du Site et du Forum
Messages : 6280
Enregistré le : lun. 14 mai 2007 17:41
Contact :

Re: Décentrement...

Message non lu par Arnaud SAUDAX »

:Hello: Un point qui n'est pas signalé ici, mais que l'on retrouve dans tous les anciens ouvrages est le "respect" de la perspective... Les lois de la perspectives n'ont été découvertes et codifiées que depuis très peu de temps, vers la Renaissance et en partie grâce à la Camera Obscura. On a reconnu, et utilisé, les points de fuite pour les lignes horizontales parallèles, mais sans se rendre compte que toutes les lignes verticales suivaient la même loi. Le problème ne se posait en réalité que pour les photos d'architecture et lors d'utilisation de grand-angulaires. Sachant que toutes les lignes verticales dans la nature sont parallèles entre elles, il semblait évident qu'elles devaient le rester sur les photos... Et comme le cerveau compense automatiquement l'effet de la perspective verticale en situation réelle, on a demandé aux photographes de fournir des images plates (que le cerveau n'avait donc pas à "corriger" ) qui annulent elles-aussi les effets de la perspective verticale.
Tant que les constructions architecturales n'ont pas été trop élevées, et que l'angle de vue de nos objectifs est resté "raisonnable", il a été possible de compenser la perspective, soit à la prise de vue directement, soit lors de l'agrandissement...
Puis avec l'arrivée des gratte-ciel et des ultra-grand-angles, l'effet contre intuitif de la perspective verticale à été utilisée sciemment à des fins esthétiques, et petit à petit, on s'est habitué à "supporter" la convergence des verticales... On est même parfois choqué en regardant une photo d'un immeuble très haut dont la perspective a été "corrigée", ce qui est maintenant facile avec le numérique... Même la vision que l'on se fait des choses évolue sans que l'on s'en rende vraiment compte... :gratgrat:
Iconomécanophile chauvin...

Avatar du membre
Jean-Christophe LAU
Membre des Amis du Site et du Forum
Membre des Amis du Site et du Forum
Messages : 80
Enregistré le : dim. 25 janv. 2009 09:52

Re: Décentrement...

Message non lu par Jean-Christophe LAU »

Bonjour :D
Un autre effet du décentrement est la possibilité de contrôler le plan de mise au point.
la loi de SCHEIMPFLUG ... un nom pas possible mais qui est bien pratique.Je l'utilise couramment avec ma chambre 4*5 . :wink:
Il faut pour ce procédé des objectifs ayant un cercle d'image assez important selon ton format , pour éviter comme dit plus haut , des effets de vignetages .
Mieux vaut poser une question et passer pour un idiot 5 minutes que ne pas la poser et de le rester.

Avatar du membre
Arnaud SAUDAX
Membre des Amis du Site et du Forum
Membre des Amis du Site et du Forum
Messages : 6280
Enregistré le : lun. 14 mai 2007 17:41
Contact :

Re: Décentrement...

Message non lu par Arnaud SAUDAX »

:Hello: La loi de SCHEIMPFLUG ne s'applique pas aux décentrements, mais aux bascules...
Si le plan contenant le dépoli, le plan contenant le centre optique et perpendiculaire à l'axe optique, se coupent (selon une droite obligatoirement), tous les plans passant aussi par cette droite pourront être rendus nets sur toute leur surface. La partie utilisable dépend bien sûr de la focale et de la couverture de l'objectif...
Iconomécanophile chauvin...

André GD
Messages : 1175
Enregistré le : dim. 11 janv. 2009 11:44

Re: Décentrement...

Message non lu par André GD »

Bonjour,

Sur la plupart des chambres de voyage à soufflet conique d'avant et après 1900, le décentrement vertical était une nécessité.
Elles se présentent en effet naturellement (pour le transport) en position portrait.
Pour le paysage, il faut tourner le soufflet, avec le bloc arrière de dépoli.
Dans cette position, l'objectif n'est plus au centre du dépoli mais plus haut, trop haut.
Il faut donc ajuster et descendre l'optique, donc ce qui le supporte.
On notera, toujours sur ce type de chambre de voyage, que le soufflet suit le décentrement vertical, mais pas celui horizontal, ce qui en limite son utilité.

Avatar du membre
Jean-Christophe LAU
Membre des Amis du Site et du Forum
Membre des Amis du Site et du Forum
Messages : 80
Enregistré le : dim. 25 janv. 2009 09:52

Re: Décentrement...

Message non lu par Jean-Christophe LAU »

Arnaud SAUDAX a écrit :
ven. 6 mars 2020 11:31
:Hello: La loi de SCHEIMPFLUG ne s'applique pas aux décentrements, mais aux bascules...
Tres juste :oops: :D
Mieux vaut poser une question et passer pour un idiot 5 minutes que ne pas la poser et de le rester.

André GD
Messages : 1175
Enregistré le : dim. 11 janv. 2009 11:44

Re: Décentrement...

Message non lu par André GD »

Les bascules, sur les chambres anciennes, sont proposées surtout sur les chambres carrées, plus évoluées (le seul dos tourne pour passer du mode portrait au mode paysage et inversement) ; et, le plus souvent à l'arrière avec de faibles amplitudes.

Contrairement aux bascules avant sur le plan de l'objectif, celles arrière sur le plan image n'imposent pas l'emploi d'un objectif à grand cercle d'image et au prix conséquent (de type Dagor _DOppel Anastigmat GOertz_ à l'époque), mais leur usage exclusif modifie la perspective en accentuant les lignes fuyantes et donc les proportions naturelles de ce que l'on veut photographier ne sont plus respectées.
On peut même appliquer la loi de Scheimpflug si on accepte le défaut (la bascule avant corrige tout ça.).

Comme dans bien d'autres domaines, le matériel photographique s'adapte aux possibilités de l'époque...

Edit : des chambres anglaises typiques de l'époque avaient bien aussi la bascule avant ; mais on n'est plus sur le continent...!

Répondre

Retourner vers « La collection d'appareils photo »