BREAKING NEWSUne idée, un mémorial par Matthieu F | Sortie vieux appareils 2023 par Michel Perie | Retour d'un (nouveau) membre par Renaud LAEMMLI | [leica] iii par Arnaud SAUDAX | Je me présente par Sylvain Halgand | Présentation par Gilbert Guerin | [pentax] pentax mx rideau blo... par Dominique G | [stud] mort ou pas ? par Sylvain Halgand |
Lumière Super-Eljy (1937)
English version English version
Photo(s) de AS et texte de Sylvain Halgand. Propriété de Maison de la photo de St-Bonnet. Dernière modification le 2022-03-30 par Sylvain Halgand.

Fabriqué ou assemblé en France de 1937 à 1937.
Rareté en France : Peu courant (dans les vide-greniers non spécialisés)
N° inventaire : 11270

Fiche technique complète

Chronologie des appareils Lumière 

Avec seulement trois modèles (nombre qu’on pourrait ramener à deux), les ELJY sont restés présents au catalogue Lumière pendant près de 25 ans, de 1937 à 1960.

Le nom est la contraction phonétique de Lyon Joinville (L J). Pour comprendre, il faut remonter à pas mal d'années en arrière. Après avoir fait connaître le cinématographe ("Un procédé sans avenir ...") à coups d'arrivée de train en gare, de sorties d'usine ou d'arroseur arrosé, les frères Lumière, de Lyon, s'associèrent avec la société Jougla de Paris (1911), pour fabriquer des plaques et des films. Lumière utilisa par la suite les locaux de Jougla, à Joinville pour y installer l'outil de production Hemax, à la faillite de celui-ci, d'où le J. (hypothèse impossible à vérifier)
En 1937, Lumière lance un des tous premiers 24 x 36 mm français. Deux modèles sont simultanément présents au catalogue. Ils s’appellent Eljy et Super-Eljy. Ils évolueront jusqu'en 1951, année où ils seront remplacés par le Eljy Club. Pendant quelques années et sans doute jusqu’à épuisement des stocks d’Eljy et de Super-Eljy, les trois modèles cohabiteront sur les catalogues, permettant de mesurer la différence de prix de vente.

Eljy et Super-Eljy sont globalement identiques. Ce sont des appareils minuscules, utilisant un film spécifique, non perforé, donnant des négatifs de 24 x 36 mm. Ils ne mesurent que 78 x 42 x 40 mm et pèsent 150 grammes (dimensions et poids pouvant légèrement varier d’une variante à une autre). Dans un si petit gabarit, le nombre de poses est limité à 8.
L’appareil est en métal embouti, recouvert partiellement d’un gainage synthétique. Jusqu’à la fin de la guerre, les parties métalliques sont peintes en noir sur les Eljy, mais chromées pour le Super-Eljy. Il est difficile de savoir si cette couleur noire est maintenue après-guerre, car les catalogues ne l’évoquent plus et ne montre qu’une seule illustration, c’est celle du Super-Eljy.
Le corps est plus épais au milieu, à l’emplacement de la chambre et s’affine vers les extrémités. Semelle et sommet sont plats, symétriques. Au-dessus, on trouve le viseur pliant type Galilée, de qualité médiocre et la molette d’avancement du film. Le viseur peut être légèrement penché vers l’avant, pour réduire les erreurs de parallaxe lors que le sujet est très proche. A main droite, un petit levier gradué en distance, accentue plus ou moins sa pente.
L’objectif et l’obturateur sont fixés à l’extrémité d’un tube extractible qui doit être complétement sorti pour que l’appareil soit opérationnel. Obturateur et objectif sont les éléments distinguant l’Eljy du Super-Eljy.  En 1937, les deux modèles ont le même objectif Lypar 3,5, mais bientôt le Lypar de l’Eljy n’ouvre plus qu’à 4,5.
La mise au point est possible de 0,50 m à l'infini, en faisant tourner la lentille frontale.
Les vitesses des obturateurs ont évolué au long de la carrière des deux modèles. On trouve parfois un Eljy avec une vitesse maximale d’obturation correspondant à celle d’un Super-Eljy d’années antérieures. Le constat est que, à année équivalente, le Super-Eljy est toujours plus rapide que le Eljy.
Une autre distinction entre Eljy et Super-Eljy est le cache du regard inactinique. Il est inexistant ou rudimentaire sur les Eljy, plus travaillé sur les Super-Eljy. Les Super-Eljy étaient également livrés avec un déclencheur souple, tout au moins sur les versions des premières années. La présence d’un écrou de pied est une autre différence, sans qu’on puisse affirmer que cette différence subsistera jusqu’à la fin de la carrière des deux modèles.
Le nom inscrit sur l’appareil est toujours Eljy ; l’identification précise est parfois problématique. Il semble que Lumière ait voulu avoir une gamme avec deux niveaux de prix, l’appareil le plus cher étant bien évidemment le Super-Eljy.

Pour amuser les collectionneurs, des hydrides entre Eljy et Super-Eljy existent avec des combinaisons objectif/obturateur ne respectant pas scrupuleusement ce qui vient d’être écrit. Personne n’est parfait.
Le Super-Eljy et l’Eljy ont été exportés aux USA, au moins en 1940 et 1941, sous les dénominations de Eljy (Lypar 3,5) et Eljy Jr. (Lypar 4,5). Le premier était vendu $25 et le second $16,50. Ils étaient distribués par Tetra Co.

L’Eljy Club est une version modernisée de l’Eljy. Il est à peine plus gros (80 x 50 x 55 mm), mais plus lourd (290 g). Il apparait en 1951. Si le principe d’un tube extractible fixé sur un corps métallique (désormais en fonte moulée) subsiste, on remarque que les formes de ce corps sont plus anguleuses et qu’il est surmonté d’un carénage englobant un posemètre à extinction et le viseur. Ce dernier est déporté vers une extrémité de l’appareil, en opposition à la molette.
Le posemètre Lumipose est en position centrale, dans l’axe optique. Au-dessus du capot, on trouve les réglages de ce posemètre. En regardant à travers le posemètre, on voit apparaître des lettres du mot LUMIPOSE, en fonction de l’intensité lumineuse. Le report de la première lettre lisible sur un des cadrans situés sur le carter, plus le choix du type de sujet sur l’autre permettait d’obtenir le chiffre de l’ouverture à reporter sur l’objectif en fonction de la vitesse retenue.
Il semble que les objectifs Lypar du Eljy-Club aient toujours une ouverture maximale de 3,5, en 40 ou 45 mm de focale. Ils sont traités.
L'obturateur des Eljy Club permettent une vitesse maximale plus élevée, mais propose aussi les vitesses lentes. Il existe une version luxe de l’Eljy-Club avec un habillage en cuir, façon croco. Des versions avec un cuir coloré existent également.

__________

 

Cet exemplaire porte le numéro de série G10951, ce qui le date de 1937. C'est un Super-Eljy, car les piéces métalliques sont chromées et la vitesse maximale de son obturateur est le 1/125. Si on le compare avec un Eljy de la même année, au-delà des différences esthétiques, celles de l'obturateur sont évidentes.

Lumière Super-Eljy Survolez l'image





Objets de même marque en vente sur Ebay France (Appareil photo Lumière) (Remis à jour toutes les 3 heures)








La Maison de la Photographie