BREAKING NEWSAuch le 15 septembre 2019 par Jose PP | Visioneuse bakélite pour vue... par Daniel C | [coronet] / [tiranty] luxibox... par Thierry LHERBIER | [ernemann] quel modèle ? par André GD | Marc par Eric Carlhan | Appareil non identifié agc par André GD | Salutations par Frédéric SEC | Bonjour de gilus : nouveau ve... par Frédéric SEC |
Kodak Medalist
English version English version
Photo(s) de Sylvain Halgand et texte de Sylvain Halgand. Propriété de Sylvain Halgand. Dernière modification le 2015-01-24 par Sylvain Halgand.

Fabriqué ou assemblé en Etats-Unis de 1941 à 1948.
Rareté en France : Rare (dans les vide-greniers non spécialisés)
N° inventaire : 1498

Fiche technique complète

Chronologie des appareils Kodak 
Historique de la marque Kodak

Un remerciement particulier à JP G. pour son geste.

Le Medalist est un bébé bien portant, ventripotent, lourd. Ce doit être pour cela que je l'aime. Qui se ressemble, s'assemble. Autant le dire avant de recevoir des remarques désobligeantes.

En 1941, sur la base du film 620, Kodak créa cet appareil aux spécifications techniques prometteuses.

Il est télémétriquement ... étrange. La base du télémètre est large. On voit très bien ses deux fenêtres rectangulaires, symétriques par rapport à celle du viseur. Jusque là, normal. Au dos, cela l'est moins. Sous la fenêtre arrière du viseur, il y a une minuscule fenêtre qui est celle du télémètre. Le télémètre est à deux images horizontales superposées. L'image du haut correspond à la fenêtre droite. Cela peut paraître étrange comme manière de disposer la fenêtre du télémètre, mais à l'usage, c'est très pratique, car sans modifier la visée, il est possible d'un très léger déplacement de l'oeil de passer du viseur au télémètre. Celui-ci est grossissant. Super ! J'ai juste oublié de dire que le télémètre est couplé au réglage de distance de l'objectif.

 

L'objectif est un Ektar 3,5/100mm, dont la lentille arrière est traitée.

L'obturateur Kodak Supermatic n°2 couvre les vitesses de la seconde au 1/400. Il a une tendance au gommage très prononcée.

L'objectif et l'obturateur sont montés sur un tube rentrant. Celui-ci, pour une manipulation plus rapide et plus précise, est constitué de deux tubes concentriques ayant chacun une rampe hélicoïdale inversée l'une par rapport à l'autre. Une bague unique permet de faire coulisser les tubes l'un dans l'autre et de rentrer l'ensemble dans le corps de l'appareil. Une molette située à la base avant de l'appareil permet de faire la même chose. La rotation de l'un ou l'autre des deux moyens définit la distance de mise au point. Au-dessus du boîtier, à droite du viseur, une table de profondeur de champ se règle automatiquement lorsque la distance est changée.

L'obturateur permet également la pose B. Dans ce cas, le petit levier concentrique au bouton du déclencheur doit être déplacé vers la droite.

L'appareil a une protection contre la double-exposition. Lorsque le film est avancé, l'obturateur s'arme. Un point rouge apparaît dans une petite fenêtre située à proximité du déclencheur. En cas de volonté de faire une superposition, il faut repousser le plus à gauche possible le levier qui se trouve sous le viseur. Cette position est étrange et on penserait de prime abord en voyant ce levier à un réglage dioptrique du viseur.

 

Ce modèle n'a pas de véritable synchro. Il faudra attendre le Medalist II, en 1946, pour en avoir une. Mais les ingénieux de chez Kodak proposèrent en accessoire un déclencheur souple particulier qui par une seule poussée déclenchait l'obturateur et le flash.

 

Le dos de l'appareil peut être démonté pour adapter un autre dos, permettant l'utilisation de plaque ou de plan-film.

Kodak Medalist
La pièce de deux centimes d'euros donne une idée de la taille de l'engin


Kodak Medalist

Kodak Medalist
Une pub ... customisée
Kodak Medalist

Kodak Medalist

Kodak Medalist



Objets de même marque en vente sur Ebay France

findItemsAdvanced