BREAKING NEWSObjectif [blitz] en bellieni ... par Jose PP | Nouveaux catalogues par Sylvain Halgand | Jumelle [carpentier] modifiée par Bernard Ladroue | Introduction par Jacques Bratieres | Signaler les erreurs des page... par Eric Borel | Détective inconnu par André GD | Visionneuse [hanimex] par Claude Marius | Demande d'adhesion par ROCHEVALIER Michel |
Marco Mendoza Chambre-Portefeuille favori envoyer imprimer
Photo(s) de PF et texte de PF. Propriété de PF
UK English version
Promo

Chronologie de la marque Marco Mendoza Nouvelle fenêtre

Historique de la marque Marco Mendoza Nouvelle fenêtre

Pays de fabrication ou d'assemblage final : France
Fabriqué de (Circa) 1887 à (Circa) 1888.
Indice de rareté en France : Rare (dans les vide-greniers non spécialisés)
Dernières ventes sur Ebay France Nouvelle fenêtre
N° inventaire : 9680

Voir la fiche technique complète Nouvelle fenêtre
Marco Mendoza Chambre-Portefeuille



La particularité de cette "chambre-portefeuille", pour reprendre la terminologie employée dans les catalogues de la marque, est son souflet en cuir de couleur bleue.

Elle porte le numéro 783 ainsi que la plaque d'identification du 148 Boulevard Saint-Germain. Un autre exemplaire connu avec cette même caractéristique porte le numéro 303 et une plaque d'identification avec l'adresse du 154. Marco Mendoza étant passé du 154 au 148 en avril 1888, on en déduit aisément, et les numéros de série le confirment, qu'il s'agit d'une production, vraisemblablement limitée, entre le milieu de l'année 87 (brevet de fin avril) et le milieu de l'année 88. On ne connaît pas à ce jour de catalogue de la production Mendoza antérieur à 1889.  Il est donc probable qu'il s'agisse des tout premiers modèles produits. Les chambres-portefeuille existaient également en 6,5 x 9.

Elle est équipée d'un obturateur métallique pneumatique à un seul secteur de la même marque, ce modèle étant le premier obturateur métallique estampillé Mendoza. Le second modèle comportera une ouverture circulaire à la place du secteur, mais le principe restera le même. On l'arme manuellement en deux temps : pour découvrir d'abord la lentille de l'objectif et faire la mise au point sur le dépoli ; puis en poursuivant la course du disque pour le bloquer en position "armé". La plupart de ces obturateurs ont perdu leur système d'origine. Sur certains on trouve un ressort, sur d'autres des restes d'élastique. La mise en place d'un élastique permet de les faire fonctionner sans difficultés.

La chambre elle-même est en noyer verni et l'assemblage simple est à mi-bois. Elle possède deux écrous de pied au pas du Congrès et, comme toutes les chambres-portefeuille, pouvait être équipée d'une poignée pour faire des prises de vue "à la volée".

Marco Mendoza avait breveté son système de blocage du corps qui consiste en deux équerres qui glissent dans des feuillures et sont bloquées par des vis agissant comme un étau. Ces feuillures étant fragiles, elles ont probablement subi des dommages sur cet exemplaire et ont été remplacées en partie par de fines pièces métalliques.

Bibliographie : P. Fourneret, Marco Mendoza, l'homme au chapeau photographique, Les Fondamentaux n° 69-70, Club Niépce-Lumière, Printemps - Eté 2019.

 





Objets de même marque en vente sur Ebay France

findItemsAdvanced