BREAKING NEWSAux enchères ... par Sylvain Halgand | 12 octobre chartres collectio... par Bernard Muraccioli | Bourse de saint bonnet de mur... par isabelle co | Numériser ses négatifs arge... par Eric Carlhan | Catawiki par Bernard Muraccioli | [sem] commande des vitesse gr... par Claude Marius | Demande par Sylvain Halgand | Troisième td 2019 par Eric Carlhan |
Wirgin Edixa Prismaflex LTL favori envoyer Print
Photos by Sylvain Halgand text by Sylvain Halgand. From the collection of Sylvain Halgand
France Version française

Chronology of the Wirgin brand  New window

Manufactured in Allemagne from 1968 until 0.
Index of rarity in France : Peu courant (among non-specialized garage sales)
Sold listing on Ebay.com New window
Inventory number: 1471

See the complete technical specifications New window
Wirgin Edixa Prismaflex LTL

However, this document is not translated in english. We only have a French version.
Would you be able to help us translate it in english please?

En 1967/68, c'est plus d'une vingtaine de modèles d'Edixa qui cohabitaient chez les marchands. On trouvait l'Edixa Mat Cds, l'Edixa Rex TTL, l'Edixa Prismaflex CdS, l'Edixa Prismaflex TTL et l'Edixa Prismat TTL.

L'Edixa Mat était le survivant d'une lignée en voie de disparition. Sa caractéristique principale était le double système de visée et sa cellule CdS.
Le Rex TTL possédait la mesure TTL et des vitesses de 9 secondes au 1/1000 ème. Son seul défaut était de ne pas être importé en France.
Le Prismaflex Cds a un prisme fixe et une cellule CdS non couplée.
Le Prismat TTL a un viseur à prisme, une cellule CdS derrière l'objectif , une gamme de vitesses allant de la seconde au 1/1000ème.
Le Prismaflex TTL a une cellule Cds derrière l'objectif et une gamme de vitesses allant du 1/4 au 1/1000ème de seconde.
Le Prismaflex LTL a une cellule Cds derrière l'objectif et une gamme de vitesses allant de 1/30 au 1/1000 de seconde.

Le LTL a une cellule CdS, mais celle-ci est non couplée. Cela semble effarant de nos jours, et cette solution oblige à quelques manipulations. L'aiguille de la cellule se trouve dans le viseur, donc pour utiliser la cellule il faut viser. La bague des diaphragmes de l'objectif doit être positionnée sur l'ouverture voulue. Le réglage de la vitesse ne se fait pas sur le barillet des vitesses du boîtier, mais sur une bague spéciale, qui sert aussi au réglage de la sensibilité de la pellicule. Elle est concentrique à la manivelle de rembobinage. Suivant le réglage de l'ouverture et de la vitesse, l'aiguille se déplace dans le viseur entre deux bornes, comme pour un semi-automatique. Une fois les paramètres corrects, il faut reporter la vitesse retenue sur le barillet des vitesses du boîtier.
La bague des vitesses de la celllule va du 1/1000ème à 8 secondes. Le barillet des vitesses va jusqu'au 1/30ème. Au-delà, il faut mettre en pose et compter. La mesure a lieu à ouverture réelle, un levier permet de mettre en circuit le posemètre.

Dans le viseur, en haut à gauche, un demi-cercle, s'il est visible, indique que l'obturateur n'est pas armé. Le viseur est un dépoli avec un anneau central clair et un télémètre incliné à 45°.

Il nécessite une pile au mercure 1,35 volts.


En 1968, Photo-Ciné du Cirque vendait cet appareil, avec un Iscotar 2,8/50 mm, 790 francs.