BREAKING NEWSChoix appareil pour reconstit... par Eric Borel | Premier td 2020 par Renaud LAEMMLI | [houghton] folding ensign 3&q... par Jacques Bratieres | Bon anniversaire jean pierre ... par Bernard Muraccioli | Introduction par Eric Carlhan | Origine de ce butcher par Sylvain Halgand | Jumelle [carpentier] modifiée par Jacques Bratieres | Objectif [blitz] en bellieni ... par Jose PP |
Wirgin Edixa Stereo II favori envoyer Print
Photos by RL text by RL. From the collection of Renaud Laemmli
France Version française

Chronology of the Wirgin brand  New window

Manufactured in Germany from Circa 1955 until 0.
Index of rarity in France : Rare (among non-specialized garage sales)
Sold listing on Ebay.com New window
Inventory number: 4957

See the complete technical specifications New window
Wirgin Edixa Stereo II

However, this document is not translated in english. We only have a French version.
Would you be able to help us translate it in english please?

L'Edixa Stereo II est une version améliorée du Stereo I, puisqu'il comporte un télémètre couplé.

La distinction entre II et IIa n'est pas très claire, mais si l'on en croit Günther Kadlubek il s'agit uniquement d'une question d'obturateur différent : un Pronto au 1/200 ième pour le II (celui-ci) , un Prontor SVS au 1/300 ième pour le IIa. Dans tous les cas, les gravures sur l'appareil ne nous renseignent pas plus sur son nom exact : "Edixa Stereo", que ce soit pour le I / Ia ou II / IIa.

Il s'agit d'un appareil sans grande originalité, calqué sur le système Stereo Realist (images de 24 x 23 mm sur film 135, écartement des objectifs de 70 mm) qui bien que lourd en main laisse une impression de construction à bas coût. On est plutôt habitué à louer la qualité des appareils allemands, mais pas cette fois-ci...
Le capot et la semelle sont en tôle emboutie, tout comme un certain nombre d'éléments : levier d'armement, bloc optique, verrou de fermeture, dos, levier de mise au point... L'utilisation ne contredit pas cette impression peu favorable : l'avancement de la pellicule se fait par 3 (oui, trois !) manoeuvres du levier à main droite, voire 4 selon la notice dans certains cas, dont au moins une en butée extrême pour que l'armement de l'obturateur se fasse correctement. L'arrêt est provoqué par le blocage d'une roue dentée engrénée dans les perforations basses de la pellicule. Il faut de fait un doigté fort peu germanique pour ne pas forcer les fragiles perforations, et si on ne va pas assez loin il y aura superposition de vues !
Le viseur donne une image minuscule, on voit à peine le rectangle de l'image secondaire du télémètre. Ce dernier a un écartement de 60 mm, mais comme le viseur réduit considérablement l'image la base réelle doit être plus proche de 40 mm, dans la norme d'autres appareils stéréo de cette époque.

Chaque objectif est entouré d'une bague crantée, réglant la vitesse pour l'une et le diaphragme pour l'autre. Un levier saillant à droite sert à faire la mise au point.
Le retardateur s'enclenche par le petit levier à tête rouge au dessous de l'objectif droit. Un écrou de pied se trouve sous la semelle au droit de l'objectif gauche.

On l'aura compris, ce n'était pas l'appareil du siècle ! Les frères Wirgin ont sorti un modèle stéréo, sans doute parce que c'était dans l'air du temps, une sorte d'exercice obligé, mais manifestement sans grande conviction. D'ailleurs, le milieu des années 50 était peut-être déjà l'époque du déclin pour la photo en relief, et d'autres modèles mieux construits n'ont pas eu le succès escompté : le TDC Stereo Colorist II en est un exemple.

Wirgin Edixa Stereo II