Evolution ou révolution (thème classique...)

Pour poser toutes vos questions, poster toutes vos contributions sur la photographie ancienne
Jacques MAR

Evolution ou révolution (thème classique...)

Message non lu par Jacques MAR »

:Hello:
Dans sa présentation, Bruno Au http://www.collection-appareils.fr/phpB ... =71&t=9744 nous dit
... bref le numérique est passé par là et a créé une rupture avec le passé !
c'est vrai, et bien d'autres avant moi ont relevé que la rupture n'est pas que technologique (le matos) mais impacte sur les divers plans des pratiques photographiques.

Pas mal de gens, désormais, ont un appareil de photo 24/24 et 7/7 avec eux (leur téléphone).
L'image a quitté le monde de la photo, en quelque sorte.
Beaucoup de gens font des images probablement sans penser qu'ils sont photographes.
Et puis le fossé antérieur image fixe / image animée (ou photo vs cinéma, si vous préférez) s'est rétréci; il y a une zone grise (ex. Youtube etc.).

L'APN fait disparaître les laboratoires de photos (ceux de ma rue et de la vôtre ….) et pourtant le nombre de déclenchements a dû être multiplié par 10 ou 100 (ma propre expérience: 3-6 rouleaux 135 pour un voyage de vacances/découverte de 2-3 semaines auparavant; 800 à 1'500 photos aujourd'hui avec un APN… de la folie furieuse pour un amateur !)

Le support même de la photo change (d'où le placement dans cette rubrique): là où les tirages étaient le plus souvent ce qui restait de l'œuvre du photographe, qu'aurons-nous conservé d'aujourd'hui dans 10 ans, dans 50 ans ? Tout cela est largement traité dans la presse spécialisée et parfois même généraliste. Nous sommes nombreux qui ne tirons plus toutes nos photos, voire n'en tirons aucune, au terme d'un voyage, p.ex.

Les automatismes (ou correctifs automatiques) offerts par les appareils (et là je ne parle plus vraiment des téléphones, mais des APN compact ou reflex), font désormais de la plupart d'entre nous, un-e bon-ne photographe pour ce qui est de l'exposition et de la mise au point. Il ne faut pas s'en plaindre. Pratiquement, il y a plus de photos réussies aujourd'hui qu'il y a 50 ou 100 ans ('réussies' c'est l'adjectif qu'employait le photographe dans ma jeunesse, quand il ouvrait la pochette pour m'expliquer lesquelles il avait tiré en positif et lesquelles pas).
Rappelons-nous aussi l'impitoyable tri des dias reçus du développeur: parfois moitié poubelle / moitié conservés, le dias pardonnant peu.

En résumé:
beaucoup plus de photos + souvent de bien meilleure qualité de rendu + rarement tirées sur un support permanent = :?: :?: :?:

.
La bonne nouvelle face à ces interrogations sans réponse, c'est la place que prennent désormais les expositions (saisonnière ou permanente - dans les musées) et les festivals organisés autour de la photo.... je devrais même dire de l'image, car c'est souvent de cela qu'il s'agit. Il y en a beaucoup en France.

Nous avons en Suisse le privilège d'abriter quelques musées et autres institutions consacrés à l'image que je ne peux que vous encourager à visiter lors de vos déplacement de ce côté-ci du Jura ou des Alpes ou du Rhin (selon votre positionnement géographique):
- Musée de l'Élysée (Lausanne): http://www.elysee.ch/
- Musée de la photographie (Winterthur) http://www.fotomuseum.ch/index.php?id=10&L=1
- La Médiathèque de Martigny http://www.mediatheque.ch/valais/photog ... alais.html
ou encore
- le Musée suisse de l'appareil photographique (Vevey) http://www.cameramuseum.ch/ qui abrite aussi des collections de photos;
ainsi que de
- nombreuses manifestations, telle "Vevey Ville d'Images" http://www.images.ch/.

:Hello: En 2011, c'est bien volontiers qu'aux membres du Forum, j'offrirai (gratuitement mais dans les limites de mes possibilités spatio-temporelles) mes services comme guide ou conseil pour l'une ou l'autre de ces manifestations.
Il suffira de me contacter le moment venu.

Avatar du membre
bastien hieu
Messages : 164
Enregistré le : mer. 14 juil. 2010 13:13

Re: Evolution ou révolution (thème classique...)

Message non lu par bastien hieu »

:Hello: Mais une question que je me pose: que deviendront les photo de l'arrière grand mère prise avec un APN que l'on aura nous même imprimer?
Peut-être qu'elles seront passé, et l'arrière grand-mère qui se souviendra comment elle était?
D'un autre côté le même débat a dut avoir lieu lorsque les plaques sont devenues pellicules.(il me semble)
En tout cas moi je reste pessimiste face à cette nouvelle revolution, je prefère garder mes négatif, au moins c'est du réel et non du virtuel.

Johan DG
Messages : 227
Enregistré le : mer. 6 févr. 2008 11:35

Re: Evolution ou révolution (thème classique...)

Message non lu par Johan DG »

3-6 rouleaux 135 pour un voyage de vacances/découverte de 2-3 semaines auparavant; 800 à 1'500 photos aujourd'hui avec un APN…
Similaire à ma expérience. MAIS... les 10 rouleaux de dias de voyage sont prêt pour les projecter, les 1200 photo's numerique n'ont jamais été regardé par jamais eu le courage de les "déveloper". (moi j'ai aussi l'impression que ces 3 voyages que j'ai fait avec l'apn j'ai tout vu par le visuer, j'ai aucunne memoire visuel de ce que j'ai vu) J'ai ici les dias de mon père (1950-1980). Pas en parfait état, certaines films sont devenu rose. J'ai aussi un CD de ma niece avec ses photo's de 2005, motié illisible, pas rose mais rien.
Expert in non-working solutions

Avatar du membre
Philip M
Messages : 81
Enregistré le : sam. 10 juil. 2010 09:29

Re: Evolution ou révolution (thème classique...)

Message non lu par Philip M »

Bonsoir
A mon sens, Jacques pose deux problèmes de fond : qu’est-ce qu’un photographe de nos jours et même qu’est-ce une image ? L’arrivée en photographie du numérique a été une révolution, une rupture brutale avec le passé bien que l’on ait pu garder nos habitudes de prises de vues (les ISO par exemple, et l’ergonomie générale d’un reflex APN). Alors qu’en vidéo, le numérique a plus été une évolution. On se servait déjà des techniques numériques en vidéo professionnelle il y a 20 ans et le cinéma est resté fidèle à la pellicule même si analogique et numérique s’entrecroisent lors des productions de film. Enfin, en prise de vues photo, le numérique a fait disparaître un support où l’on pouvait voir directement et en permanence le résultat après développement, sans intermédiaire. On savait ce que l’on conservait. De nos jours, il faut au minimum un lecteur de cartes flash, un CD ou un PC pour voir les photos.
Le 2ème problème est la conservation des images. Avec l’argentique, on avait du recul. Si le film avait été bien développé et lavé, mis en pochette et à l’abri de la lumière, on pouvait espérer une conservation de plusieurs dizaines d’années tel que. Je mets de côté les problèmes bien réels que peuvent connaître ces supports, surtout lorsqu’il s’agit de films cinéma.
Qu’en est-il aujourd’hui avec le numérique ? On se retrouve avec la même problématique que les bandes magnétiques (vidéo et son, analogique ou numérique), étendue à la photographie : pérennité des supports et obsolescence des formats et des standards.
Pour conserver nos images, nous devrons faire migrer les informations de support en support au fil des générations techniques. Cela passera également par la multiplication des sauvegardes. C’est la contrainte de la conservation audiovisuelle (au sens large).
Quels supports utiliser de nos jours ? Carte flash ? CD ou DVD ? Disques durs ?
Je ne veux pas entamer une polémique entre les tenants des DON et ceux des DD. Il y a des ratages et des plantages dans les deux cas. Le disque dur est une bonne solution s’il est utilisé en architecture RAID. Ce n’est pas encore à la portée de tout le monde.
Une autre alternative est d’utiliser des cartouches LTO. Cela permet des stockages de masse mais c’est de la bande magnétique, conçue pour les sauvegardes informatiques. L’avantage est que c’est un format ouvert, promis à un bel avenir. L’INA et la BNF lui font confiance.
Personnellement, j’utilise des CD-R Gold depuis 10 ans pour mes scans et depuis quelques années, je grave des DVD-R (plus forte capacité) pour mes clichés ; toujours en 2 exemplaires sur des marques différentes et des graveurs différents. Pour l’instant, je n’ai pas eu de difficultés de relecture. Lorsqu’il y a eu problème, c’était toujours au moment de la gravure. Enfin, je réalise une 3ème copie des photos que je considère importantes sur un DD externe.
Je travaille dans un organisme où nous pouvons relire des CD Gold gravés sur un Studer en 1994. Cela ne fait que 16 ans et si nous sommes loin des 100 ans de conservation avancés par les fabricants, nous sommes également loin (un peu moins quand même) des 4 ou 5 ans de vie que pronostiquaient certains spécialistes.

Je ne vais pas aller plus loin car je pourrais m’exprimer longtemps sur ce thème. Pour ceux que cela intéresse, les Archives de France ont fait paraître des études sur le vieillissement des CD et DVD. Elles réservent quelques surprises. Ces études sont accessibles en ligne. Je pourrai indiquer l’adresse.
Cordialement
Philippe

Johan DG
Messages : 227
Enregistré le : mer. 6 févr. 2008 11:35

Re: Evolution ou révolution (thème classique...)

Message non lu par Johan DG »

Ces études sont accessibles en ligne. Je pourrai indiquer l’adresse.
Ca serrait fort interessant, merci en avance.
Expert in non-working solutions

Jacques MAR

Re: Evolution ou révolution (thème classique...)

Message non lu par Jacques MAR »

En réponse:
À Rémy, quant à la qualité d'impression (sur nos imprimantes) et leur pérennité, puisque ces tirages passent avec le temps bcp plus vite que les tirages sur papier photo: c'est vrai (du moins pour ce que nous avons fait ces 10-15 dernières années); cela ne le sera peut-être pas toujours (il y aurait des progrès, mais le recul manque pour savoir s'ils sont réels, ces progrès).
À mes yeux, avec les APN, c'est surtout l'absence de négatif qui devrait nous inquiéter (même si dans la pratique, on récupère peu de négatifs – p. e.x. dans les successions familiales; surtout des tirages rangés dans le meilleur des cas rangés dans des albums ou des enveloppes libellées).
Rémy, tu as bien raison de conserver tes négatifs.

À Johan, à propos des rouleaux face aux puces électroniques et du fait qu'on ne développe plus (toutes) ses photos, retour de voyage. C'est hélas le cas de nombreux photographes-voyageurs. J'ai p.ex. un retard qui, pour certains sujets, remonte à 3 ans. C'est en boîte… mais pas traité.
Ma famille me reproche de ne jamais voir mes photos! Ils exagèrent, certes, mais quand ils les voient, les mois ont parfois passé.

La question de la multiplicité des prises qui fait que l'on regarde souvent ce que l'on voit avant tout à travers son viseur: hélas un constat que beaucoup de 'personnes photographiant' (je n'ai pas dit photographe, intentionnellement) doivent faire à leur propre sujet. Sans en être un moi-même, je pense qu'un bon photographe voit les choses, s'en empreigne, cherche à cerner émotionnellement et artistiquement l'environnement, établit parfois un contact humain avec son éventuel sujet … puis, cela fait, sort son appareil de photo et déclenche.

Quant à "mieux vaut un bon vieux dias pâlot que l'on voit, plutôt qu'un dossier digital qui ne s'ouvre pas!", je suis 100% de cet avis. Du dias pâlot on pourra toujours faire quelque chose, au moins récupérer un souvenir.

Et Philippe aborde très en détail la question de la conservation des files digitales et je l'en remercie. Sa contribution est solide, basée sur l'expérience, mais se situe au-dessus des connaissances du praticien PC lambda [je suis praticien PC lambda depuis 1984*/ …, simple utilisateur, un peu spécialisé en gestion de site et en traitement d'image, mais tout cela en amateur, mains dans le cambouis].
Mais je pense, Philippe, que les cartouches LTO (bande magnétique) permettant des stockages de masse si elles sont techniquement une bonne idée (à te lire) ne sont peut-être pas à la portée de tout le monde, n'étant pas un produit grand public. Où me trompe-je ?
La question du vieillissement des CD, DVD et autres supports est la vraie question; et parallèlement c'est surtout la pérennité des formats qui interpelle.

*/ ce qui non seulement signale que je ne suis plus 'tout jeune', mais aussi que mon IBM PC privé était de la toute première génération.

Bref (et sans vouloir conclure) : il me semble qu'une bonne manière de fonctionner avec les photos auxquelles on attache de l'importance (et que l'on pense devoir nous survivre…. immodestie inhérente à notre destinée humaine) : les tirer sur papier photo et les conserver à l'abri de la lumière et de l'humidité. Cela oblige toutefois à un tri (choisir c'est exclure) et à sortir de l'argent de son porte-monnaie (sauf à tirer chez soi, mais ce n'est pas gratuit non plus).

Qu'en pensent les autres ?

Avatar du membre
Philip M
Messages : 81
Enregistré le : sam. 10 juil. 2010 09:29

Re: Evolution ou révolution (thème classique...)

Message non lu par Philip M »

Bonsoir
A l’intention des membres et lecteurs du forum, voici les adresses web où l’on peut se procurer des études sur la pérennité des disques optiques numériques :

Etude sur les CD-R : http://www.archivesdefrance.culture.gou ... materiaux/et http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/static/2139

Etude sur les DVD réalisée le laboratoire national d’essais à la demande des Archives de France : http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/static/2140

Voir aussi : http://www.archivesdefrance.culture.gou ... /stockage/ et http://www.archivesdefrance.culture.gou ... erisation/

Je suis d’accord avec les propos de Jacques. Faire faire des tirages par un labo compétent et conserver ces tirages à l’abri de la lumière, de l’humidité et d’une température excessives peut être une excellente méthode de conservation des images même si cela oblige à faire des choix.

N’oublions pas la sélection trichrome, mise récemment en actualité sur le forum avec un sujet sur des clichés pris en Russie au début du 20ème siècle et dont les images sont toujours aussi fraiches à regarder 100 ans plus tard ([La Russie en couleur] et en anglais). Cette méthode est hélas loin d’être évidente à mettre en œuvre.

Pour tout ce qui est numérique, les disques durs configurés en serveur RAID sont encore un peu cher bien que la FNAC ait proposé il y a peu une configuration « grand public » à 300 €
Une cartouche LTO coute environ 35 € pour une capacité de 400 Go non compressés. C’est vrai que le lecteur-enregistreur est encore cher (entre 1500 € et 2000 € pour la LTO 3). Je pense qu’à terme cela devrait baisser.

A mon sens, la photo numérique s’est traduite par quelques avancées (large autonomie d’images embarquée sur un APN – ce qui n’empêche pas d’avoir de la rigueur dans la prise de vue - , plus grande facilité de traitement et de communication des photos, possibilité de paramétrage des reflex num. selon ses goûts ou les conditions de prises de vue) mais aussi des reculs : la dynamique des capteurs n’égale pas encore celle des pellicules de négatifs (capacité à encaisser une différence importante de lumination) et bien sûr très forte interrogation sur la pérennité de nos photos numériques et de leur supports.

Pour tous ceux intéressés à la conservation photo, il existe des contenants pour conserver films et tirages (carton neutre ou permanent, pochettes transparentes en polyester). Voici quelques fabricants : Stouls (http://www.stouls.com/) , Atlantis (http://www.atlantis-france.com/accueil.html) , SERC (près de Lyon). Leurs produits ne sont pas toujours bon marché mais bon, ils existent.

Cordiales salutations
Philippe

Invité

Re: Evolution ou révolution (thème classique...)

Message non lu par Invité »

L'avis de mon photographe de (gros) village est le suivant :

1 La quasi-totalité des clients qui ont acheté un appareil un rien sophistiqué ne se servent JAMAIS des multiples programmes spéciaux qu'il contient : c'est auto-tout, point. Motifs : trop compliqué à comprendre comment ça marche, et ça va très bien tout seul.

2 La quasi-totalité des images déversées à longueur de journée des cartes-mémoire dans la machine de développement-minute qui assure un pourcentage non-négligeable de son chiffre d'affaires sont floues, mal exposées, mal cadrées, sans intérêt photographique.

3 Une grosse partie des utilisateurs de la dite machine sont incapables de s'en servir sans son aide.

4 Les petits APN simples et la machine dont question permettent aux femmes de s'affranchir de la mainmise persistante de leur homme sur la photographie via l'ordinateur familial : elles peuvent ainsi faire des images de leur progéniture ( 90% des images faites par elles représentent des enfants ) et les obtenir tout de suite et non " quand j'aurai le temps…/d'abord il faut que…/oui mais plus tard… ".

5 Les images que lui montrent complaisamment les 'amateurs avertis' ne sont pas bien différentes de celles qu'il voyait il y a vingt ans, leurs auteurs sont par contre TRES fiers de leur D-machin.

6 Les images valables, originales, qui sortent de l'ordinaire, sont et restent rares aujourd'hui comme hier et avant-hier.

7 Il gagnait mieux sa vie il y a vingt ans, bilans annuels à l'appui.

Pour info, cela vient d'un homme de 54 ans qui est dans la boutique depuis 1974, une entreprise familiale fondée par son père en 1932 et qui survit vaille que vaille.

:Hello:

Jacques MAR

Re: Evolution ou révolution (thème classique...)

Message non lu par Jacques MAR »

:Hello: Bonsoir,

Philippe, grand merci pour ces info encore plus précises sur les moyens de stockage.
J'ai souvenir d'avoir fait des sauvegardes sur mini-bandes il y a une quinzaine d'années (avec des capacités riquiqui si l'on songe à celles d'aujourd'hui).
L'inconvénient majeur était (les mots techniques me manquent... je les ai oubliés) que la bande est 'linéaire' : il faut défiler pour trouver un dossier / une image spécifique; alors qu'avec les HD, les CD, les DVD ou autres formes de mémoires informatiques l'accès est 'direct'.

Jo, merci de cet écho de ce patron photographe. Ce type d'information est très utile et permet de relativiser une approche trop théorique analysant les évolutions technologiques et les changements qu'elles induisent.

La question de l'image reste posée. Sans vouloir développer plus avant ce soir, je me dis que, pour certains, l'image a désormais un autre statut et une autre raison d'être que la photographie n'a eu pendant un siècle et demi. Pensons à YouTube (et analogues) et à la mode des 'Lomographies'.
J'ai une connaissance artiste peintre cinquantenaire qui ne faisait jamais de photos mais qui, désormais, prend des clichés foireux (à mes yeux) avec un Diana, en s'assurant occasionnellement de bien bouger à la prise de vue; clichés dont elle finit par s'inspirer pour son travail créatif.

Johan DG
Messages : 227
Enregistré le : mer. 6 févr. 2008 11:35

Re: Evolution ou révolution (thème classique...)

Message non lu par Johan DG »

1 La quasi-totalité des clients qui ont acheté un appareil un rien sophistiqué ne se servent JAMAIS des multiples programmes spéciaux qu'il contient : c'est auto-tout, point. Motifs : trop compliqué à comprendre comment ça marche, et ça va très bien tout seul.
Bon la il y a deux types d'utilisateurs:
1- ceux qui n'utilisent pas ces choses car comme tu dit trop compliqué et ça va très bien tout seul
2- ceux qui savent très bien ce qu'ils font et n'ont pas besoin des multiples programmes spéciaux (at le font en manuel ou sur le pc)
Le jour ou on sorte un Praktica MTL-5 digital full frame je suis interessé.
2 La quasi-totalité des images déversées à longueur de journée des cartes-mémoire dans la machine de développement-minute qui assure un pourcentage non-négligeable de son chiffre d'affaires sont floues, mal exposées, mal cadrées, sans intérêt photographique.
...
5 Les images que lui montrent complaisamment les 'amateurs avertis' ne sont pas bien différentes de celles qu'il voyait il y a vingt ans, leurs auteurs sont par contre TRES fiers de leur D-machin.

6 Les images valables, originales, qui sortent de l'ordinaire, sont et restent rares aujourd'hui comme hier et avant-hier.
Je crois pas que ça représente une difference il y a 20 ans. Replacer le mot film par cartes change rien dans l'essentiel de la photographie. Et je me case bien dans ça: mal cadrées et sans intérêt photographique, parfois floues.
Expert in non-working solutions

Benoit De.
Messages : 285
Enregistré le : sam. 13 mai 2006 17:41

Re: Evolution ou révolution (thème classique...)

Message non lu par Benoit De. »

Plusieurs réflexions sur ces questions, bien que le sujet du forum ne soit pas la photo numérique :

1° C'est bien celui qui est derrière le viseur qui fait la photo, et non l'appareil. Ces questions ne sont pas récentes, et datent de bien avant le numérique : je vous renvoie à une page d'anthologie des DINGODOSSIERS de Gotlib et Gosciny, sur la photo, dont j'ai oublié la référence précise, mais beaucoup des questions s'y retrouvent déjà (vers 1975)...

2° J'ai une vision plus modérée que certains concernant le numérique : faute de temps, il y a belle lurette que j'ai cessé le labo, le numérique m'a permis de retrouver le plaisir de travailler mes images. Surement, le volume n'est pas le même : En 1 an 1/2 de coopération en Algérie dans les années 70, j'ai fait 17 rouleaux 6X6 NB plus une 15aine de dia. Qu'aurai-je fait avec un numérique ? Il est vrai que ça se méritait. Les pelloches arrivaient de France, dans des colis de charcuterie, pour être sur que les douaniers n'y toucheraient pas, tant la denrée était rare !

3° Concernant les fonctions plus ou moins bidon de la plupart des APN, les "hauts de gamme" (D300S) ne comportent que 4 modes : Priorité ouverture, vitesse, Programme et manuel ;
Le reste...
Si vous m'avez compris, c'est que je me suis mal exprimé

Avatar du membre
bastien hieu
Messages : 164
Enregistré le : mer. 14 juil. 2010 13:13

Re: Evolution ou révolution (thème classique...)

Message non lu par bastien hieu »

Bonjour.
Mon photographe m'a dit qu'il peut tirer des photos numérique sur du papier argentique, donc chimiquement(cf.www.35mm-compact.com)
Cela règle en partie le problème de la pérennité des épreuve, mais dans ce cas le numérique devient moins avantageux... :?
Car on perd les avantages du numérique(beaucoup de photos)sans avoir les avantages de l'argentique(possession du négatif).

Patrice R
Messages : 660
Enregistré le : dim. 2 déc. 2007 17:29

Re: Evolution ou révolution (thème classique...)

Message non lu par Patrice R »

Bonjour et bonne année,
Je suis comme Rémy un peu largué sur la "révolution" du numérique. Depuis que mon photographe de quartier a fermé son minilab analogique j'ai eu des doutes sur la façon dont mes films étaient traités (développement chimique, quand même, mais scannés à peine secs et : au revoir l'argentique, bonjour le numérique). Même si j'ai opéré en manuel j'ai parfois obtenu le même tirage pour deux clichés exposés de façon très différente (involontairement souvent en omettant de repousser la bague de préselection). Il y a bien un logiciel de traitement d'images (moins probablement un tireur) qui était intervenu. Quant au tirage sur papier j'ai parfois obtenu un travail d'imprimante à cent lieues en-dessous de la qualité des photos fournies par un grand labo industriel à partir de fichiers jpeg (au point que je ne fais pas la distinction entre la qualité de ces dernières et mes photos traditionnelles).
Le prix de revient est une question biaisée. L'amortissement de l'équipement de prise de vues numériques est-il pris en compte ? Dans mon club photo j'entends parfois : "mon boitier m'a laché au bout de deux ans à peine, sa réparation n'est pas possible économiquement" ou encore "mon matériel est obsolète au bout de trois ans, je dois le changer". Ce sont une paire de centaines d'euros qui s'envolent en fumée chaque année...de quoi faire de l'argentique.
Patrice ROUSSEL

Benoit De.
Messages : 285
Enregistré le : sam. 13 mai 2006 17:41

Re: Evolution ou révolution (thème classique...)

Message non lu par Benoit De. »

J'ai retrouvé : Dingodossiers Tome 1 Pages 36-37. À lire impérativement
Si vous m'avez compris, c'est que je me suis mal exprimé

Avatar du membre
bastien hieu
Messages : 164
Enregistré le : mer. 14 juil. 2010 13:13

Re: Evolution ou révolution (thème classique...)

Message non lu par bastien hieu »

Je déterre ce post, qui m'avait bien plus.
Avec le décès de mon grand-père, je me suis auto -proclamé archiviste de la famille.
J'ai donc quelques cassettes, des photos, des négatifs (beaucoup), et des diapos (plus de 1000) à numériser. UN retirage argentique est prévue, mais pas tout de suite (à cause du prix).
Je vais passer une commande chez Hans Schröder (j'en ai entendue beaucoup de bien), avec pochette cristal, pour diapo, photo et négatif, ainsi que des boite en carton sans acide. Pour les cd gold, j'ai compris. Avec en plus disque dur ou carte mémoire.
Je vais acheter un scanner pour diapo.
Mais faut-il un logiciel spécifique pour tout cela?
Par ailleurs, le scanner intégré à mon ordinateur est-il suffisant?
Merci.

Avatar du membre
Jean-Francois LEC
Membre des Amis du Site et du Forum
Membre des Amis du Site et du Forum
Messages : 1759
Enregistré le : jeu. 25 nov. 2010 20:03

Re: Evolution ou révolution (thème classique...)

Message non lu par Jean-Francois LEC »

Bonjour,
Merci Bastien d'avoir déterré ce sujet.
Je reviens sur le post de Jo L.
Il y a 45 ans, mon épouse et son patron, photographes à Aix(13), faisaient exactement les mêmes remarques que les 6 premiers points du "survivant" du village de Jo : mais cela concernait alors les reflex "sophistiqués" de l'époque, Nikon, Canon et autres Zeiss ou Minolta.
Elle a vue un réalisateur connu de l'ORTF incapable de charger une Beaulieu M16 !!!
Comme quoi, il n' y a que le bon vin qui s'améliore en vieillissant.

JF
Si la matière grise était plus rose, le monde aurait moins les idées noires (Pierre Dac)

Gérard Hutin
Messages : 47
Enregistré le : mar. 17 août 2010 20:18

Re: Evolution ou révolution (thème classique...)

Message non lu par Gérard Hutin »

Bonjour à tous ceux qui me liront,
Je pense sincèrement que le débat n'est pas aussi grave que l'on veut le dire. En effet, photographe depuis 40 ans, frère, fils et petit-fils de photographe et père de mon fils photographe, je continue et reprends des cours photos, qui à un cours prés (la retouche numérique, mais à l'écran près, ressemble à la retouche et repique argentique) sont les cours de l'école photo Louis Lumière (ex-Vaugirard) que j'ai suivis en 1969 ! Et oui, la photo s'est beaucoup démocratisée, comme à l'arrivée des appareils argentiques programmés et motorisés, mais pour faire une belle photo, il faut toujours avoir des connaissances sur la lumière, l'exposition, à quoi sert une vitesse ou une ouverture, qu'elle est le rapport entre les 2, et que peut-on en faire pour mieux "faire sa photo"....C'est vrai que beaucoup de photos ne seront jamais tirées,... mais est-ce les labo. qui
disparaissent ou est-ce les soi-disants vendeurs de photos argentiques qui se faisaient du "beurre" sur le dos des photographes amateurs : comme je le dis souvent dans les cours :" lorsq'une photo argentique était loupée, c'était toujours de la faute du client qui avait du faire une erreur dans ses réglages ou avoir un mauvais appareil, car cet "amateur" était incapable de juger de la qualité du développement sur son négatif : combien de fois un tirage était mal traité par le Laboratoire ? Maintenant, en numérique, lorsque nous effectuons le tirage en argentique en laboratoire, nous rendons au client exactement ce qu'il a fait, car nous n'intervenons pas au niveau de la qualité des tirages, sauf si le client nous demande de vérifier, une à une ses photos, ce qui devient difficilement rentable au prix d'un tirage ! Mais certain client exigeant (bon photographe) nous le demande quitte à payer un peu plus cher ! et cela marche... en particulier avec les clubs photo qui sont encore nombreux dans notre région, même si le nombre de photographes à énormément diminué (il ya 10 ans nous étions 12 photographes du groupe Phox, nous ne sommes plus que 2).
Je pourrais vous donner encore plein d'arguments pour vous prouver que la photo n'est pas perdu, même si tout le monde "touche" à la photos ! Nous avons, dans notre magasin une galerie photos ouverte aux amateurs gratuitement pour 5 semaines, et tout les ans nous faisons le plein... Est-ce la fin de la photo qui nous amène autant d'amateurs ayant envies de partager leurs oeuvres ?
Je suis à la retraite comme salarié depuis 1 an,mais toujours Gérant, et je crois encore beaucoup à l'avenir de notre métier, si nous le faisons bien ! Mon fils me le prouve chaque jour !
Amitiés,
Gérard HUTIN, photographe PHOX à Compiègne. (ce n'est pas une Pub...)

Répondre

Retourner vers « Photographie ancienne »