Scanner des plaques photo anciennes

Que ce soit par souci de préserver l'original ou pour partager via internet, vous êtes nombreux à (vouloir) numériser vos photographies anciennes (tous supports). Partagez ici vos trucs, vos demandes d'aide etc ... (sur une idée de Jean Vigne)
Invité

Scanner des plaques photo anciennes

Message non lu par Invité » lun. 1 oct. 2007 19:04

Bonjour à tous !

Je serais heureux de profiter de vos astuces et conseils pour "scanner" des plaques photo anciennes (début du XXème) : j'utilise un scanner Epson 1660 en mode "opaque, noir et blanc" et en éclairant la plaque avec une gros globe au néon, puis en les traitant avec Photoshop Elements; cependant je ne peux éviter un halo dû à la non uniformité de l'éclairement. D'autre part certaines plaques sont trés sales, comment les nettoyer sans les abîmer ?
Merci
Georges

Invité

Message non lu par Invité » lun. 1 oct. 2007 19:06

Bonjour As tu essayer avec une plaque opaque blanche entre ton film et le Neon ?
Pour le nettoyage des plaques mis à part le blaireau de Grand Papa.. je ne vois pas, je te recommende un traitement point par point dans un logiciel de traitement d'images.

La restauration des plaques est un tres long travail mais le resultat en vaux la peine.

Voici une plaque 12*24 qui etait cassée en plusieurs morceaux, le film etait decollé et inexistants par endroit.
Pour le moment j'en suis à 3 heures de restauration...
Step by step....

Laurent

Image

Image

Invité

Message non lu par Invité » lun. 1 oct. 2007 19:07

Merci Laurent...
J'ai aussi pensé à une grosse lampe 'flood" à face plane, mais j'ai peur que cela chauffe trop; Je vais essayer avec une plaque dépolie incolore comme tu le suggère. J'ai aussi entendu parler de tables éclairantes spéciales (professionnelles?) mais où et à quel prix! simple amateur, je n'ai ni l'argent ni le temps ni l'"autorisation domestique" pour tout ça... Les quelques plaques en petits formats que j'ai réussi à traiter m'incitent quand même à continuer!
Cordialement,
Georges

Invité

Message non lu par Invité » lun. 1 oct. 2007 19:07

Pour ma part, j'utilise avec grande satisfaction un scanner Epson 1240 U avec dos retro eclairant, autorisant juqu'au format 4*5 inch que j'ai acheté sur ebay moins de 50 euros.

J'aiaussi un dos amovible, que j'utilisais avec mon ancien scanner, vendu dans les boites info qui permet de créer une lumiere reguliere, ceta accesoire ne coute pas bien cher

Laurent

Avatar du membre
Sylvain Halgand
Administrateur du site
Administrateur du site
Messages : 13158
Enregistré le : mer. 3 déc. 2003 17:41
Localisation : Amiens, France
Contact :

Message non lu par Sylvain Halgand » lun. 1 oct. 2007 19:08

Pour ma part, j'ai un Umax, qui m'a couté avec le dos éclairant, neuf, autour de 100 euros.

L'ajout de divers bricolages va progressivement augmenter le coût de votre solution sans jamais vous apporter la satisfaction d'une solution modeste, mais faite pour cela.

Avatar du membre
philippe H
Membre des Amis du Site et du Forum
Membre des Amis du Site et du Forum
Messages : 701
Enregistré le : ven. 10 déc. 2004 17:41
Localisation : Nantes

Message non lu par philippe H » lun. 1 oct. 2007 19:08

J'ai, pour ma part, un peu tout essayé. Le scan avec le néon et la feuille blanche, puis le banc éclairant et l'APN, et d'autres systèmes bizaroïdes. Pas satisfait.
Donc, je me suis fais offrir le scanner Epson 4990 (sympas les copains).
Alors là, rien à dire!!! c'est quasi parfait. Avec la fonction de dépoussierage, que de temps gagné sur le traitement de l'image.
Mais voilà, maintenant je bloque sur l'impression. A quoi sert de scanner un 4X5 en 9200 dpi si l'imprimante ne me sort que 4 niveaux de gris.
Conclusion, je vais remonter mon labo.

Invité

Message non lu par Invité » lun. 1 oct. 2007 19:08

Bonjour et grand merci à tous: je pense trouver une solution abordable, grâce à vouscordialement
Georges

Olivier_G

Message non lu par Olivier_G » lun. 1 oct. 2007 19:09

Pour ma part, j'utilise un scanner HP 7400 c qui est prévu justement pour scanner tous les types de documents - y compris les plaques en verre, à l'aide d'une boîte à lumière fournie avec l'ensemble.

Jean VIGNE

Message non lu par Jean VIGNE » lun. 1 oct. 2007 19:09

Réponse à la deuxième partie de la question - nettoyer des plaques anciennes.
Se procurer une assiette creuse d'une taille supérieure à celle de la plaque, du liquide à vaisselle, de l'eau, du coton hydrophile.
Placer la plaque, émulsion au dessus, dans l'assiette remplie d'eau additionnée de deux gouttes de liquide à vaisselle.
Fabriquer un tampon de coton que l'on trempera dans l'eau additionnée de liquide à vaisselle. Balayer doucement la gélatine de la plaque, puis prendre la plaque par les tranches du verre pour nettoyer le dos, pour lequel on pourra être plus énergique.
Mettre la plaque à sècher. C'est le point difficile si l'on n'a pas retrouvé ( ou bricolé) un égouttoir comme ceux qu'il y a dans les catalogues Photo-Plait. Sinon, exercice d'acrobatie - poser sur la tranche, appuyer sur une paroi verticale presque sur la tranche opposée.
On peut tolérer un coup de sèchoir à cheveux, de loin et pas longtemps.
On évitera de manipuler la plaque nettoyée avant le lendemain.
S'il reste des traces de saleté au dos seulement, un petit coup de coton avec alcool à brûler est toléré.
L'idée générale est que moins on en fait, mieux c'est.

Avatar du membre
Sylvain Halgand
Administrateur du site
Administrateur du site
Messages : 13158
Enregistré le : mer. 3 déc. 2003 17:41
Localisation : Amiens, France
Contact :

Message non lu par Sylvain Halgand » lun. 1 oct. 2007 19:10

Image

voilà l'objet, dans un catalogue Fleury-Hermagis non daté, d'avant 14 ( peut-être vais-je faire des jaloux)...

Invité

Message non lu par Invité » lun. 1 oct. 2007 19:11

bonjour a tous , est il possible de scanner des plaques ancienne avec une imprimante numeriseur hp psc 2355 tout en un. j'espere que ca pourrait marcher , car on a perdu l'appareil pour les visionner depuis longtems

Avatar du membre
Sylvain Halgand
Administrateur du site
Administrateur du site
Messages : 13158
Enregistré le : mer. 3 déc. 2003 17:41
Localisation : Amiens, France
Contact :

Message non lu par Sylvain Halgand » lun. 1 oct. 2007 19:12

Le mieux, c'est d'aller sur le site internet de HP et de consulter les caractéristiques techniques de ce scanner.

Invité

Message non lu par Invité » lun. 1 oct. 2007 19:12

je vous remercie beaucoup de cette reponse j'y vais tout de suite

Avatar du membre
Sylvain Halgand
Administrateur du site
Administrateur du site
Messages : 13158
Enregistré le : mer. 3 déc. 2003 17:41
Localisation : Amiens, France
Contact :

Message non lu par Sylvain Halgand » lun. 1 oct. 2007 19:13

S'il le fait, il faut bien regarder la surface de numérisation des transparents et non du papier.

Invité

Message non lu par Invité » lun. 1 oct. 2007 19:13

Bonjour,
j'ai rencontré la responsable d'une association culturelle de Vieux-Marché(Bretagne) qui nettoie et numérise environ 16000 négatifs sur plaque de verre:voici les techniques utilisées. Nettoyage à l'éthanol pur (90%)du côté négatif et dilué pour le côté verre.Séchage. et numérisation avec un négatoscope pour l'éclairage et un nikon sur pied pour la photo.Elle m'a appris qu'il ne fallait surtout pas scanner les photos, car la lumière était trop forte....Qu'en pensez-vous?
Merci d'avance

Avatar du membre
Dominique
Messages : 688
Enregistré le : mer. 1 juin 2005 17:41

Message non lu par Dominique » lun. 1 oct. 2007 19:13

J'en pense surtout qu'elle doit gagner du temps. Très content
L'avantage du scanner c'est surtout de permettre (selon les modèles) de changer des paramètres.
Le côté "mettre des gants et arrêter de respirer" me semble souvent superflu, surtout quand on sait que quelques jours auparavant le "précieux document" était trimballé en vrac dans une caisse. Ce n'est pas une passe de scanner qui va le ruiner....

Avatar du membre
Sylvain Halgand
Administrateur du site
Administrateur du site
Messages : 13158
Enregistré le : mer. 3 déc. 2003 17:41
Localisation : Amiens, France
Contact :

Message non lu par Sylvain Halgand » lun. 1 oct. 2007 19:14

je partage le point de vue de Dominique. N'avez-vous jamais entendu "J'en ai jeté" ?

Avatar du membre
Sylvain Halgand
Administrateur du site
Administrateur du site
Messages : 13158
Enregistré le : mer. 3 déc. 2003 17:41
Localisation : Amiens, France
Contact :

Message non lu par Sylvain Halgand » lun. 1 oct. 2007 19:15

16000 plaques dans de l'alcool à brûler, ça me fait peur.
Craindre l'effet sur l'image de la lumière d'un scanner, ça me fait rigoler.
La compétence de certains conservateurs ...

file:///D:/Documents%20and%20Settings/shalgand/Bureau/scanner%20des%20plaques_fichiers/Conservation_couv.jpg


Ci-dessous, l'avis d'un spécialiste - un vrai :

file:///D:/Documents%20and%20Settings/shalgand/Bureau/scanner%20des%20plaques_fichiers/Conservation_lavage.jpg

Invité

Message non lu par Invité » lun. 1 oct. 2007 19:15

Merci pour vos réponses qui m'ont surpris:la dame qui est chargée de la conservation a recu des fonds importants du conseil régional et européen.Je pense qu'elle doit savoir ce qu'elle fait.Et vous, de votre côté, devez bien connaître le sujet également.Je vais googler sur des sites étrangers pour voir ce qu'ils en pensent.

Jean VIGNE

Message non lu par Jean VIGNE » lun. 1 oct. 2007 19:16

Racontez-nous ce que vous trouverez sur Google.
Kodak a traité la question dans une brochure - vous trouverez peut-être des détails sur le site de leur musée ( je ne me rappelle plus le nom, il y a " George Eastman" dedans)
Je n'ai pas de compétence particulière sur le sujet - il se trouve que je faisais des recherches à la BN au début des années 70, quand ils ont touché les archives d'une agence de presse d'avant-guerre. Ils ont refixé, relavé, et changé les pochettes.
J'ai aussi fait un film sur le service de restauration des Archives Nationales - pas grand chose à voir avec la photo, sinon une philosophie : moins on en fait, mieux c'est, et ce que l'on fait, on doit pouvoir le défaire quand on aura trouvé un procédé de restauration meilleur, et ce, sans altération du document.
En fait, selon les nombreux conservateurs de vieilles choses écrites, photographiées, imprimées que j'ai pu rencontrer, il y a un terrible dilemme : conserver ou communiquer, parce que le grand ennemi du document, quel qu'il soit, quelles que soient les précautions que l'on prenne, c'est celui qui le manipule.

bernard P

Message non lu par bernard P » lun. 1 oct. 2007 19:16

Bonjour,

Mais, si on ne communique plus les archives, c'est un cimetière. Alors on peut les bruler tout de suite, cela libèrera de la place...
Il faudrait sans doute avoir de bonnes copies, mais cela prendrait 2 fois la place actuelle...

berplazo
Modifié en dernier par bernard P le mar. 2 oct. 2007 20:54, modifié 1 fois.

Invité

Message non lu par Invité » lun. 1 oct. 2007 19:16

J'ai trouvé ce site allemand(non-commercial) qui explique très bien comment nettoyer et conserver tous les négatifs:
http://www.klaus-kramer.de/Richt/ric_top.html
l'essentiel est bien d'identifier la consistance chimique du négatif avant de choisir le produit nettoyant. L'ethanol fait partie des produits de nettoyage à utiliser.

Jean VIGNE

Message non lu par Jean VIGNE » lun. 1 oct. 2007 19:17

à Berplazo - depuis des années, les bibliothèques numérisent à tours de bras -et placent sur le net - ex: Gallica de BNF

à Marc D - en faisant " preservation of glass negatives " on trouve plein de choses en anglais ( UK, USA, Australie)

Bertrand Lavedrine travaille au Muséum - il a écrit un bouquin plus récent que celui que j'ai cité.

Si vous en avez l'occasion, faites un tour à la Collection Kahn, à Boulogne s/Seine. Vous arriverez à vous faire raconter des choses intéressantes sur la conservation des photos anciennes par la conservatrice ou par le technicien-photographe.

Benoit De.
Messages : 285
Enregistré le : sam. 13 mai 2006 17:41
Localisation : Un Normand (de la Haute)

Message non lu par Benoit De. » lun. 1 oct. 2007 19:17

Bonjour
Je reprends ce fil en cours de route.
Pour ce qui me concerne, j'ai scanné beaucoup de négatifs, mais sans matériel de pro, je restais sur ma faim (notamment sur la couverture intégrale des plaques).
Ma dernière méthode, et celle dont je suis (pour l'instant) le plus satisfait :
Reflex Nikon D 70 S auquel j'ai attaché un 60 2,8 macro NIKKOR, un pied et une table lumineuse (env 100?).
J'ai confectionné des caches aux dimensions des plaques, pour limiter la lumière parasite qui fausse completement les mesures.
Il faut passer beaucoup de temps pour le réglage initial (parallélisme,, distance etc), mais 1 fois trouvé, c'est très rapide. Mise au point manuelle (ça, c'est vraiment essentiel).
Le piqué du Nikkor permet un rendu très correct des gris, et l'inversion donne en prime un sépia tout à fait présentable.
Je n'aurais pas acheté le Nikkor (300? d'occasion), POUR cela, mais cela lui fait une utilisation supplémentaire.
La définition finale, pour les plaques 6X6 ou 4X4 stéréo est supérieure à 850 DPI, en format 6X6.
Jusqu'au prochain perfectionnement, je m'en contente.
Attention, pour les couples stéréo, il faut retourner (=inversion géométrique) individuellement chacune des vues, et pas en bloc (merci Claude A. qui me l'a expliqué face à mes anaglyphes inversés). Pour le comprendre, il suffit de regarder 2 vues négatives 24X36 et chercher comment elles s'assembleront (ou se demander pourquoi on ne peut pas voir des couples négatifs en stéréo).

Jean VIGNE

Message non lu par Jean VIGNE » lun. 1 oct. 2007 19:18

Je fais de la copie de documents avec un débris d'agrandisseur mural Imperator en bois - l'appareil est fixé sur la partie mobile, à la place de l'ensemble soufflet-condensateur-boite à lumière. La hauteur de la colonne me permet d'aller de la double page de journal au trou de la pièce de cinq centimes d'avant-guerre.
Vous gagneriez probablement beaucoup de temps de règlage en utilisant un agrandisseur bien plus petit que le mien ( 2,20 m de haut) - entre la moitié de plaque stéréo 45x107 et la plaque 18x24, à vue de nez, une quarantaine de centimètres devraient suffire. Autre accessoire utile : le plus petit niveau à bulle que vous pourrez trouver, pour le parallélisme.

Avatar du membre
Dominique
Messages : 688
Enregistré le : mer. 1 juin 2005 17:41

Message non lu par Dominique » lun. 1 oct. 2007 19:18

un ensemble colonne / plateau / + éventuellement éclairage se nomme un statif. La colonne peut aller d'une cinquantaine de cm ( je crois que Sylavain en vendait un comme ça il n'y a pas très longtemps ?) jusqu'à plus d'un mètre. Pour des formats bien identifiés il est possible d'utiliser un tasseau fixé verticalement contre un mur à l'aplomb d'une table et par exemplede fixer aux bonnes hauteurs des vis à bois d'un coté et à pas normalisé de l'autre permettant d'y placer une extension.
La ficelle et le couteau constituant toujours les secours du photographe ... même numérique

Invité

Message non lu par Invité » lun. 1 oct. 2007 19:19

bonjour,
je me permets de vous joindre le lien du site du conseil régional sur le restauration de ces photos
http://www.cg22.fr/fileadmin/pdf/Magazi ... ntre53.pdf

Répondre

Retourner vers « Traitement numérique des photos anciennes »