Reproduire des vues stereoscopiques ?

Que ce soit par souci de préserver l'original ou pour partager via internet, vous êtes nombreux à (vouloir) numériser vos photographies anciennes (tous supports). Partagez ici vos trucs, vos demandes d'aide etc ... (sur une idée de Jean Vigne)
Invité

Reproduire des vues stereoscopiques ?

Message non lu par Invité » ven. 28 sept. 2007 09:12

Fil initialement créé par sablier

Bonjour,

Ma question portait sur la façon de scanner les plaques de verres et je vous remercie pour vos réponses.

Je me demande maintenant comment il serait possible simplement de faire des copies des vues disponibles sur un support identique ou moins fragile que le verre mais toujours utilisable dans les visionneuses d'époque. Scanner puis imprimer ?

Cela permettrait de faire partager plus largement ces images d'autrefois tout en conservant la magie du relief.

Par avance merci pour vos idées et suggestions

Invité

Message non lu par Invité » ven. 28 sept. 2007 09:16

Posté le: 07 Sep 2004 7:20 Sujet du message: ...
________________________________________
La reproduction en scannant, puis en imprimant, ne pose aucun problème spécifique. Le visionnage, par contre, en pose un, car ce n'est le même type de visionneuse qui permet de regarder une photo sur verre et une sur papier. Sur verre, il faut un dépoli derrière la plaque, alors que sur papier, il faut que la lumière arrive par devant. Certaines visionneuses

Image


dispose d'un miroir permettant de regarder les deux supports. C'est aussi le cas des "Mexicaines" (je pensais en avoir mis une en photo sur mon site, mais je ne la trouve plus).
Le transfert du verre sur le papier s'accompagnera toutefois d'une perte de profondeur.
_________________
Président de la "Société des Vieilles Lentilles", membre du "Club Nièpce Lumière". Sympathisant de la cause d'Albert.
Modifié en dernier par Invité le mer. 3 oct. 2007 12:23, modifié 1 fois.

Jean VIGNE

Message non lu par Jean VIGNE » ven. 28 sept. 2007 09:17

Je vous suggère une solution :
On trouve parfois, sur les brocantes, des boites de 45x107 vierges, périmées depuis 60 ans, et surtout, des plaques sur ou sous-exposées au point qu'on ne peut pas lire l'image. Je suppose que tout collectionneur sérieux en possède quelques-unes.
Donc : enlever par des moyens chimiques tout ce qu'il y a sur le verre. Demander à quelqu'un dont c'est le métier comment on fait.
Acheter ( par ex. Prophot, catalogue 2002-2003 p. 2 de l'émulsion liquide - et bon courage. L'émuslsion accrochera-t-elle sur le verre, ou faudra-t-il inventer quelque chose, comme du fiel de boeuf, ou un vernis ?
Je crois que ça vaut le coup d'essayer.

Invité

Message non lu par Invité » ven. 28 sept. 2007 09:20

Je ne suis pas du tout photographe et j'ignore tout des techniques de développement. Ma question paraîtra donc peut être idiote.

Pour la première solution avec scannage et impression je vois grosso modo comment cela est possible. Il suffit d'utiliser un support adapté à "l'imprimante" et à la visionneuse. Exit sans doute la reproduction sur plaque de verre ? :wink:

Pour la seconde je vois moins bien. J'ai également quelques plaques vierges. Par contre, je ne vois pas comment je peux dupliquer une vue sur une plaque vierge. Il faut passer par un labo photo et faire accrocher la vue sur l'émulsion qui aura été mise sur la plaque ? On a besoin du négatif ?

Si je veux essayer il va sans doute falloir que je m'inscrive à un club photo pour me frotter au développement photo. C'est en ce moment les inscriptions pour ce genre de club. Non ?!
Modifié en dernier par Invité le mer. 3 oct. 2007 12:24, modifié 2 fois.

Jean VIGNE

Message non lu par Jean VIGNE » mar. 2 oct. 2007 14:07

Bien sûr, il faut un négatif, mais tout n'est qu'un problême de temps - du temps dont vous disposez. On peut fabriquer un négatif par contact, c'est à dire on place ( au noir) la plaque positive d'origine contre une plaque vierge, setrrés dans un chassis-presse ( voir les catalogues Photo-Hall). Un petit coup de lumière là-dessus, et on développe. Si on est très malin, on développe en inversible, on a tout de suite un positif. Puis on va piocher dans les vieux bouquins des formules de virage pour obtenir le ton sépia. Le matériel et les produits coûtent trois francs six sous.
Dans le cas le plus favorable, on a quelque chose de visible au bout d'une semaine d'essais quotidiens, quelque chose de bien au bout d'un mois. Tout noter : éloignement de la lampe, temps d'exposition, temps et température de développement, etc. pour procéder par essais et erreur.
J'ai appris tout à fait tout seul, et au départ, j'étais plus doué pour les versions grecques que pour la physique et la chimie appliqués.
Lecture conseillée: René BOUILLOT Cours de photographie technique et pratique, Paul Montel 1984. N'essayez pas de tout savoir et de tout comprendre, mais gardez-le sous le coude. Et les petits fascicules Photo-Revue ou Charles Mendel qu'on trouve parfois sur les brocantes, publiés avant 1914, sur les matériels et les procédés qui intéressent les collectionneurs d'aujourd'hui. Bon courage, excusez ma prolixité.
Modifié en dernier par Jean VIGNE le mer. 3 oct. 2007 12:24, modifié 1 fois.

Invité

Message non lu par Invité » mar. 2 oct. 2007 14:07

Pour ceux qui n'ont pas encore investi dans l'achat d'un scanner et qui ont un besoin de ce type, certains scanners, comme le Canoscan D2400U de Canon, permettent de numériser aussi bien les supports opaques que les films. Avec ce type de matos, on peut scanner les plaques de verre (émulsion vers le bas) et les tirer sur un support transparent (ex : papiers créatifs pour Rétroprojecteur de Micro Application). Il suffit ensuite de monter les couples sur des caches pour les petits formats (jusqu'au 24x36) ou de les coller sur un support rigide tansparent (Castorama). Il y aura bien sûr de la perte de qualité, mais le résultat reste satisfaisant. Vous pouvez jeter un oeil ici :
http://www.emia-marceau.net/couple_stereo.jpg
Modifié en dernier par Invité le mer. 3 oct. 2007 12:24, modifié 1 fois.

Invité

Message non lu par Invité » mar. 2 oct. 2007 14:08

bonsoir,
en récupérant votre couple sur photoshop, pour rapprocher les 2 vues, j'ai pu sans stereoscope (mais en louchant eun peu voir votre cabane en magnifique relief, avec feuilles en premier plan. donc votre systeme est bon
"signé...un nouveau"
Modifié en dernier par Invité le mer. 3 oct. 2007 12:24, modifié 1 fois.

Invité

Message non lu par Invité » mar. 2 oct. 2007 14:08

Bonjour,
J'ai passé de longues journées d'été a reproduire un appareil et les photos qui étaient sur carton.
Un conseil important : Toute la chaîne de copie doit être de très bonne définition.
1/ Le scanner d'image doit avoir une résolution très élevée (un bon scanner est nécessaire)
2/ l'imprimante doit pouvoir imprimer des photos avec une très bonne définition.

J'ai scanné des photos relief avec 2400 dpi et le résultat est correct.
Il n'est pas parfait !

Je me suis vite apercu que j'avais beaucoup de mal a recopier des photos du début du siècle. Malgré du matériel "an 2005" la qualité d'origine reste meilleur et c'est surprenant de s'en rendre compte avec le stéréoscope.

N'oubliez pas que vous allez regarder une image grossie par des oculaires et que la qualité de repro doit être irréprochable.

Cordialement

Répondre

Retourner vers « Traitement numérique des photos anciennes »