BREAKING NEWSNotices mamiya par Jacques Bratieres | Ailleurs ... le premier appar... par Eric Carlhan | Détective sans marques. par Sylvain Halgand | Rappel de fonctionnement des ... par Sylvain Halgand | Yashica mate 124g ou équivalent par Sylvain Halgand | Jean-luc t par Matthieu F | Td 2022-2 par Matthieu F | L'as par stephenMid |
Lumière Lumirex III
English version English version
Photo(s) de JPPM et texte de Sylvain Halgand. Propriété de JPPM. Dernière modification le 2022-06-10 par Sylvain Halgand.
Nouveau

Fabriqué ou assemblé en France de 1952 à (Postérieur à) 1952.
Rareté en France : Rare (dans les vide-greniers non spécialisés)
N° inventaire : 13827

Fiche technique complète

Chronologie des appareils Lumière 

La série des Lumirex eut beaucoup de succès. On trouve des Lumirex dans les catalogues de distributeurs de 1933 à la fin des années 50.

Les Lumirex sont des foldings de milieu de gamme. Les Dialux étaient plus chers, car plus performants. La construction est métallique, le gainage est synthétique et le soufflet est en cuir. Ce sont des modèles dits automatiques, c'est à dire qu'à l'ouverture, l'abattant s'ouvre et l'objectif se retrouve, sans intervention supplémentaire en position de prendre des photos. C'est assez théorique, et il faut souvent un peu d'aide pour finir le déploiement. Cet automatisme explique la forme complexe des ciseaux. A partir de 1937, elle est modifiée et devient plus simple. Sur les Dialux, ils n'ont pas la même forme.
Il y a eu des Lumirex 6,5 x 11 cm, mais uniquement avant 1940. Les modèles 6 x 9 cm ont évolué entre 1933 et 1958. Durant cette période, il y a eu 4 modèles : Lumirex, Lumirex I, Lumirex II et Lumirex III. Quelques distributeurs ont donné quelques autres noms pour des raisons marketing, mais ils peuvent tous être rangés parmi les quatre modèles énoncés ci-devant.

Lumirex 6,5 x 11 cm

Ce modèle est présent sous ce nom de 1935 à 1940. Après la guerre, le modèle équivalent sera renommé en Lumière 6,5 x 11 cm, avant de disparaître, le format étant devenu désuet. Son objectif est un anastigmat maison, appelé Fidor. Il ouvre à f/6,3. En 1935 et 1936, l'obturateur donne les vitesses de 1/25 à 1/100 et les deux poses. A partir de 1936, il est remplacé par un obturateur allant jusqu'au 1/125. Il peut être avec ou sans retardateur. Ce modèle a deux viseurs : un redresseur sur l'obturateur et un pliant sur le corps. Le Lumirex 6,5 x 11 cm semble n'avoir jamais eu de déclencheur sur le corps, mais uniquement sur l'obturateur. Ses dimensions sont 19,5 x 9,5 x 4,5 cm. Il pèse 790 g. La béquille est élégante, reprenant en découpe le logo JL de Jougla Lumière.

Les Lumirex au format 6 x 9 cm (620)

Lumirex
Il y a eu des modèles appelés simplement Lumirex de 1933 à 1956, mais durant ces longues années quelques changements sont intervenus.
Les premiers modèles ont l'objectif Fidor f/6,3, qui disparaitra des Lumirex à la toute fin des années 40 pour se retrouver sur les Ludax. A partir de 1939, un objectif plus lumineux est proposé à la clientèle, c'est le Spector 4,5 qui deviendra la norme sur ce modèle d'appareil jusqu'à la fin de sa production. A partir de 1949, cet objectif est traité, et reconnaissable à ses reflets bleutés.
Le premier modèle d'obturateur est limité au 1/100 et ne propose pas de vitesses lentes. En 1936, il passe à 1/125, avec ou sans retardateur. En 1939, le déclencheur est déplacé de l'obturateur au corps de l'appareil. Vers 1946/47, le viseur sur le corps de l'appareil est modifié ; le nouveau a une vitre. Fin 1948, les catalogues annoncent une nouvelle fabrication, avec un seul viseur sur le corps de l'appareil. L'année suivante, un nouvel obturateur allant jusqu'au 1/200 fait son apparition. Dès lors il est toujours annoncé avec armement préalable, ce qui tendrait à dire qu'auparavant, il n'y avait pas d'armement sur les obturateurs. Les valeurs d'ouverture et de vitesse sont reportées sur une plaque rivetée au-dessus de l'obturateur. Photo-Plait appelle le nouveau modèle Lumirex 49, puis Lumirex 50 l'année suivante. A partir de 1950, le Logo JL dans un triangle fait son apparition sur le gainage. Les dernières années (1955 et 1956) l'obturateur ira jusqu'au 1/250.
Jusqu'à la fin de la production, des modèles auront un viseur unique, et d'autres deux.

Lumirex I
Le Lumirex I apparaît en 1952, donc après le Lumirex II (1946). Il n'existe qu'avec le Spector 4,5. Son obturateur dispose des poses et des vitesses lentes (1/10 à 1/200). Il a un retardateur. Il subsiste un doute sur l'existence de ce retardateur sur les versions de 1956, les catalogues Photo-Hall ne le mentionnant pas. Ce modèle semble avoir toujours deux viseurs. Le Lumirex I apparaît pour la dernière fois en 1956.

Lumirex II
Le Lumirex II arrive en complément du Lumirex en 1946. Il sera présent sur certains catalogues jusqu'en 1959, en fonction des stocks, mais il semble que sa fin date de 1957. Son objectif est le Spector 4,5, mais en 1947, Photo-Plait propose des exemplaires avec le Fidor 6,3. Il s'agit peut-être d'une erreur. Le Spector est annoncé comme traité à partir de 1952. Le Lumirex II a un obturateur avec vitesses lentes. D'abord limité au 1/150, il passe au 1/300 (avec synchro flash et armement préalable) à partir de 1952. Il y a un retardateur. Le déclencheur se trouve sur le corps de l'appareil. Sans être catégorique, il a deux viseurs.

Lumirex III
Le Lumirex III se distingue facilement des autres modèles, car un capot, couvrant la totalité d'un côté, protège le viseur et le Lumipose et intègre la molette d'avancement du film. Ce modèle apparaît en 1952 et disparaît en 1957. La première année, il n'est proposé qu'avec le Spector 4,5 (traité). Ensuite la gamme s'élargira par la proposition d'un second objectif, l'Angénieux 3,5/100 mm. L'obturateur propose les vitesses de la seconde au 1/300 et la pose B. Certains catalogues le mentionne comme étant un Prontor, mais la grande majorité font l'impasse sur cette information. En 1952, Photo-Hall évoque un Prontor II. Certains exemplaires ont deux viseurs.

__________

Cet exemplaire de Lumirex III est équipé d'un obturateur Prontor-S. Aucun catalogue, parmi ceux actuellement dépouillés ne mentionne ce modèle d'obturateur. En 1952, Central Photo et Photo-Hall mentionnent un Prontor et un Prontor II avec retardateur. Il est vraisemblable que l'exemplaire correspondent au même modèle de 1952, mais que des difficultés d'approvisionnement ou l'imprécision du catalogue aient transformé le Prontor II en Prontor-S.

__________

Le Lumipose

Il fait son apparition sur le Eljy Club à partir de 1951. C'est un posemètre à extinction. Dans une fenêtre allongée, un morceau de celluloïde montre les lettres du mot LUMIPOSE avec une lisibilité décroissante du L au E. En regardant dans cette fenêtre et en fonction de la luminosité, l'utilisateur doit lire les lettres de gauche à droite et doit retenir la dernière lettre lisible. Sur le capot, une roue sur laquelle sont inscrites les lettres du mot LUMIPOSE doit être tournée pour mettre la lettre retenue en face de l'indication des conditions d'éclairage. Cette rotation déplace une échelle de vitesses en face de celle d'ouvertures, définissant ainsi des couples vitesse/ouverture. L'utilisateur n'a plus qu'à en retenir un et à reporter l'ouverture et la vitesse sur l'obturateur et l'objectif.



Lumière Lumirex III Survolez l'image





Objets de même marque en vente sur Ebay France (Appareil photo Lumière) (Remis à jour toutes les 3 heures)








La Maison de la Photographie