BREAKING NEWSPhotothon ft faites jb par Jacques Bratieres | [taron] unique - levier de mi... par Weber jean francois | [petri] 1.9 ccs - compteur d'... par Nicolas Mailloux | Modèle ? [zeiss ikon] box te... par Sylvain Halgand | [konica] nettoyage verre de v... par Jean-Yves C-B | Bourse de saint bonnet de mur... par Jacques Bratieres | [ricoh] xr2 et xr2s / obturateur par NicolasD | Nicolasd par NicolasD |
Wirgin Edixa Prismaflex LTL favori envoyer imprimer
Photo(s) de Sylvain Halgand et texte de Sylvain Halgand. Propriété de Sylvain Halgand
UK English version
Promo

Chronologie de la marque Wirgin Nouvelle fenêtre

Pays de fabrication ou d'assemblage final : Allemagne
Fabriqué de 1968 à 0.
Indice de rareté en France : Peu courant (dans les vide-greniers non spécialisés)
Dernières ventes sur Ebay France Nouvelle fenêtre
N° inventaire : 1471

Voir la fiche technique complète Nouvelle fenêtre
Wirgin Edixa Prismaflex LTL



En 1967/68, c'est plus d'une vingtaine de modèles d'Edixa qui cohabitaient chez les marchands. On trouvait l'Edixa Mat Cds, l'Edixa Rex TTL, l'Edixa Prismaflex CdS, l'Edixa Prismaflex TTL et l'Edixa Prismat TTL.

L'Edixa Mat était le survivant d'une lignée en voie de disparition. Sa caractéristique principale était le double système de visée et sa cellule CdS.
Le Rex TTL possédait la mesure TTL et des vitesses de 9 secondes au 1/1000 ème. Son seul défaut était de ne pas être importé en France.
Le Prismaflex Cds a un prisme fixe et une cellule CdS non couplée.
Le Prismat TTL a un viseur à prisme, une cellule CdS derrière l'objectif , une gamme de vitesses allant de la seconde au 1/1000ème.
Le Prismaflex TTL a une cellule Cds derrière l'objectif et une gamme de vitesses allant du 1/4 au 1/1000ème de seconde.
Le Prismaflex LTL a une cellule Cds derrière l'objectif et une gamme de vitesses allant de 1/30 au 1/1000 de seconde.

Le LTL a une cellule CdS, mais celle-ci est non couplée. Cela semble effarant de nos jours, et cette solution oblige à quelques manipulations. L'aiguille de la cellule se trouve dans le viseur, donc pour utiliser la cellule il faut viser. La bague des diaphragmes de l'objectif doit être positionnée sur l'ouverture voulue. Le réglage de la vitesse ne se fait pas sur le barillet des vitesses du boîtier, mais sur une bague spéciale, qui sert aussi au réglage de la sensibilité de la pellicule. Elle est concentrique à la manivelle de rembobinage. Suivant le réglage de l'ouverture et de la vitesse, l'aiguille se déplace dans le viseur entre deux bornes, comme pour un semi-automatique. Une fois les paramètres corrects, il faut reporter la vitesse retenue sur le barillet des vitesses du boîtier.
La bague des vitesses de la celllule va du 1/1000ème à 8 secondes. Le barillet des vitesses va jusqu'au 1/30ème. Au-delà, il faut mettre en pose et compter. La mesure a lieu à ouverture réelle, un levier permet de mettre en circuit le posemètre.

Dans le viseur, en haut à gauche, un demi-cercle, s'il est visible, indique que l'obturateur n'est pas armé. Le viseur est un dépoli avec un anneau central clair et un télémètre incliné à 45°.

Il nécessite une pile au mercure 1,35 volts.


En 1968, Photo-Ciné du Cirque vendait cet appareil, avec un Iscotar 2,8/50 mm, 790 francs.





Appareils similaires en vente sur Ebay France

findItemsAdvanced