BREAKING NEWSMonture [minolta] par Jean-Pierre Fantone | Sur quel appareil? par Arnaud SAUDAX | Champignons et contamination par ROCHEVALIER Michel | Demain c'est cormeilles par Joël M-B | Quatrième td 2019 par Jose PP | Presentation par Jacques Bratieres | Signaler les erreurs des page... par Eric Borel | Central-photo (1973) par Eric Borel |
Ansco Anscomark M favori envoyer imprimer
Photo(s) de VB et texte de VB. Propriété de VB
UK English version
Promo

Chronologie de la marque Ansco Nouvelle fenêtre

Pays de fabrication ou d'assemblage final : Japon
Fabriqué de 1960 à 0.
Indice de rareté en France : Rare (dans les vide-greniers non spécialisés)
Dernières ventes sur Ebay France Nouvelle fenêtre
N° inventaire : 15472

Voir la fiche technique complète Nouvelle fenêtre
Ansco Anscomark M



L’Ansco Anscomark M a été conçu et construit par Ricoh à la demande d'Ansco et son aspect très typé "sixties" américaines est assez différent des Ricoh contemporains.
Au début des années soixante, Ricoh a fourni plusieurs modèles d’appareils à Ansco.
Il y a eut à l’époque des accords entre Ricoh et GAF incluant des licences de procédés de reprographie à sec contre la fourniture de boîtiers photographiques pour Ansco (source site web historique Ricoh).

L'appareil rentre dans la catégorie des boîtiers télémétriques à objectifs interchangeables, il est aussi lourd que son aspect massif le laisse supposer, presque un kilogramme avec le 50 mm 1,9.
La monture est spécifique, quatre objectifs ont été développés. Deux optiques standard de 50 mm étaient livrées au choix avec le boîtier, un Xytar ouvrant à f2,8 et un Xyton à f1,9; c'est ce dernier qui semble avoir été le plus vendu car le 2,8 est assez difficile à trouver.
Séparément, on pouvait trouver les Xyton grand angle de 35 mm ouvrant à f3,5 et télé de 100 mm ouvrant à f4.
Il dispose d'un posemètre au sélénium, un index couplé avec les réglages de temps de pose, d'ouverture et de sensibilité est à faire coïncider avec l'aiguille du galvanomètre dans une fenêtre située sur le dessus de l'appareil. Il n'y a pas de rappel dans le viseur.
L'élément sensible est abritée derrière le petit volet qui porte le nom de l'appareil. Il s'ouvre en actionnant un discret levier situé sur le côté et fait alors office de pare-soleil pour la cellule ce qui doit éviter une trop forte influence de la luminosité du ciel dans l'exposition.
Le viseur à cadres collimatés affiche les trois cadres des trois focales simultanément, chacun ayant une couleur différente: la couleur du cadre est rappelée par un liséré de couleur identique sur le fût des objectifs, vert pour le 35 mm, blanc pour les 50 mm et rouge pour le 100 mm.
Le collimateur qui porte les cadres se déplace en fonction de la mise au point pour corriger la parallaxe. L'image ronde du télémètre est assez lumineuse et l'appareil est agréable à utiliser. L'armement et l'avance du film se font par un levier situé sous le boîtier.
Bizarrement le compteur de vues a été placé sur le dos ce qui complique la mécanique et augmente l'épaisseur de l'appareil.

Cet appareil a été distribué au Japon sous la dénomination de Ricoh 999.





Objets de même marque en vente sur Ebay France

findItemsAdvanced