BREAKING NEWSEt oui par Jacques Bratieres | Jean baptiste bernard à nîmes par Pierre Fourel | Bièvres 2024 par Jacques Bratieres | Bonjour à tous par Frédéric SEC | Présentation par Frédéric SEC | [canon] remise en état ft ql par MICHELSWING | [canon] ftb ql - info nettoya... par MICHELSWING | [voigtlander] superb par Weber jean francois |
Yashica 200-AF
English version English version
Propriété de JM. Photo(s) de JM et texte de JM. Dernière modification le 2021-11-17 par Sylvain Halgand.

Fabriqué ou assemblé en Japon de (Antérieur à) 1988 à (Postérieur à) 1989.
Rareté en France : Peu courant (dans les vide-greniers non spécialisés)
N° inventaire : 5766

Fiche technique complète

Chronologie des appareils Yashica 

Ce reflex d'entrée de gamme de Yashica est une version légèrement moins élaborée que le Yashica 230-AF ou que ceux qui lui ont succédés.

Il remplit le cahier des charges d'un bon reflex autofocus (AF) de l'époque et offre un mode programme et les modes Av (priorité ouverture), Tv (priorité vitesse) et 100% manuel. L'AF est par ailleurs débrayable. Un mode flash automatique, piloté par l'unité centrale (CPU) s'ajoute à cette liste. En mode manuel, la pose est possible (fonction bulb).

L'autofocus ne bat pas de records de rapidité pour la détermination du point, ni de vitesse de la mise au point proprement dite. Mais la mesure s'effectue en mode TTL (avant le déclenchement) par détection de différence de phases. Il permet aussi de fixer le point (trap focus mode) et d'attendre que le sujet s'y place (avec déclenchement automatique à ce moment-là). Voilà un procédé bien utile pour la macro-photo d'insectes, par exemple, mais c'est une offre assez surprenante pour un appareil d'entrée de gamme. Le boîtier peut aussi être piloté par une commande électronique externe (déclencheur à câble, déclencheur infrarouge ou contrôleur par radio).
 
Un dos dateur peut remplacer le dos livré, mais Yashica avait abandonné l'horrible flash dédié visible sur le 230-AF, qui n'avait pas dû leur attirer des clients supplémentaires. La photo au flash reste possible avec n'importe quel flash aux connections appropriées pour ces Yashica ; toutefois même le modèle préconisé par Yashica (le CS-250AF) n'offre pas le mode TTL au flash.
 
Comme son prédécesseur, cet appareil aura connu un succès limité en raison du choix restreint d'optiques, dû notamment au standard propriétaire choisi pour les connexions AF. Les avis rencontrés sur Internet montrent que ceux qui l'avaient acquis neuf en avaient été satisfaits à l'époque, alors que les acquéreurs d'occasions ultérieurs le trouvent au mieux correct, au pire très lent et limité.
Yashica 200-AF
Yashica 200-AF, ici avec son zoom Yashica AF 35-70 mm permettant la macro.


__________

MascotteLe premier nom de cette firme, fondée en 1949 dans la province de Nagano, a été Yashima, nom dérivé de Yoshihama que porte l’ensemble des 8 îles que compte la nation Japonaise. Il sera ensuite transformé en Yashinon, nom qui sera conservé pour les optiques, sa spécialité. Il sera lui-même dérivé et deviendra Yashica, en 1958.
Les premiers appareils produits seront de 6 x 6 et 4 x 4 plus ou moins copiés sur le Rolleiflex.

En 1958, Yashica fabriqua son premier 24x36, télémétrique à objectif fixe sur une base esthétique d’inspiration Contax : le 35. Cet appareil sera le premier d’une très longue lignée, constituée de plusieurs séries de 135 télémétriques à objectifs fixes qui feront sa réputation.

En 1958, Yashica achète Nicca ( ex-Nippon Cameras ) , qui fabrique de très belles copies de Leica, en monture 39 à vis. Nicca a alors, une très bonne réputation de qualité.  Entre 1948 et 1957, plus de 60.000 appareils ont été produits, particulièrement à l’export.
Depuis 1949, ces appareils sont distribués aux USA par Sears & Roebuck de Chicago ( Tower ) et Peerless à NY ( Peerlees ). Durant cette période, les Nicca sont essentiellement proposés avec des optiques Nikon. Certains commerçants, laissent toutefois le choix de l’optique, à leurs clients ( Nikon, Canon , Steinheil…) 

MoinePour Yashica, spécialiste en optique, acheter Nicca aurait du lui permettre de concurrencer Canon et Nikon sur ce marché, en assurant la construction industrielle des boîtiers dans l’usine Nicca et des optiques dans sa propre usine.
Le nom de Sté Nicca Camera Company Ltd sera gardé.

Sur la base de l’excellent Nicca 3F Type II - à levier d’armement - sera fabriqué en 1959, le tout premier Yashica télémétrique à objectif interchangeable de la marque : le YE. Il sera trop cher à produire et se vendra mal.
Cherchant à se démarquer tout en faisant des économies en coût de production pour lutter contre Canon, Yashica sortira le superbe YF, estampillé Yashica et Nicca. Malheureusement, ce magnifique appareil pêchera par un télémètre ridiculement petit et indigne de ses autres performances.
On fait des économies où on peut…
De toutes façons le glas des télémétriques haut de gamme a sonné. Le YF sera le dernier télémétrique à objectif interchangeable de la marque.
Sa situation économique confortable et ses bons choix stratégiques ( monture 42 à vis…)  permettront à Yashica de passer sans encombre, le cap critique de l’avènement du reflex.

En 1983, Yashica fusionnera avec le groupe Kyocera. Ce groupe a démarré en 1959, à Kyoto, comme fabricant de céramique. A partir de la fusion, les appareils photo Yashica porteront aussi le logo Kyocera. Au milieu des années 80, la distribution de la marque sera chaotique en France. C'est finalement Hasselblad France qui assurera la distribution.

La production d'appareils photo a cessé en 2005.





Objets de même marque en vente sur Ebay France (Appareil photo Yashica) (Remis à jour toutes les 3 heures)