BREAKING NEWS[hanau] pocket focal par Arnaud SAUDAX | Musée suisse de l'appareil p... par Renaud LAEMMLI | Chambre inconnue par Jean-Paul H | Signaler les erreurs des page... par Jean-Paul H | Présentation par Frédéric SEC | Présentation par Frédéric SEC | [boumsell] - azur par didier rob | Pieds et radar de la préhist... par Dominique |
Bauchet Mosquito I
English version English version
Propriété de Renaud Laemmli. Photo(s) de Renaud Laemmli et texte de Renaud Laemmli. Dernière modification le 2023-11-24 par Sylvain Halgand.

Fabriqué ou assemblé en France de (Circa) 1955 à (Postérieur à) 1955.
Rareté en France : Peu courant (dans les vide-greniers non spécialisés)
N° inventaire : 13875

Fiche technique complète

Chronologie des appareils Bauchet 

Les appareils portant la marque Bauchet sont peu nombreux, ce qui est normal puisque l'entreprise éponyme ne fabriquait que des consommables pour la photographie.

Pour ajouter quelques appareils à son catalogue, elle dut s'en remettre à la sous-traitance. Hormis un hypothétique box, il n'y a qu'un seul modèle d'appareil, le Mosquito.
Il y a eu deux versions, le I et le II. Elles furent vendues simultanément, se différenciant par des spécificités techniques. Pour chacune, on peut trouver des variantes.

  Mosquito I Mosquito II

Obturateur Pose / Instantané 1/25, 1/100, P
Flash Non Variante 2.1 : synchro simple, liaison mécanique par l'écrou de pied. Griffe rivetée sur le capot.
Variante 2.2 : double connexion latérale, une pour la synchro, l'autre pour fixer le flash.
Divers Variante 1.1 : Queue de la lettre Q de Mosquito allant vers la droite
Variante 1.2 : Queue de la lettre Q de Mosquito allant vers la gauche
Objectif marqué Superitar Paris
Couronne bleutée

Oui
Variante 1.3 : Non

Oui

Les exemplaires à double brochage (2.2) pour flash sont postérieurs à ceux à prise synchro unique (2.1). Des publicités de 1958 montrent encore la première version.

La fabrication est due à Fex, et même si les appareils ne ressemblent pas à ceux de cette marque, on peut tout de même retrouver quelques points communs, comme le tube ou la forme des molettes.

Le catalogue France Photo de 1955 montre un Mosquito à l'étrange décoration. Bien que le texte évoque les deux versions, la photographie ne correspond à aucune des deux. Dés le catalogue suivant, à la fin de la même année, l'anomalie disparaît. La première illustration est vraisemblablement un appareil de présérie, le catalogue ayant été préparé avant le lancement de la fabrication en série.

En 1955, Bauchet demande un brevet pour un système de fermeture du dos d'un appareil qui a la silhouette du Mosquito. Dans ce brevet, le dos est maintenu fermé par de petites aimants placés sur le dos et sur la partie avant de l'appareil. A notre connaissance, ce brevet n'a pas été utilisé par Bauchet.
__________

Jusqu’à présent nous connaissions des exemplaires dont la lettre Q du mot Mosquito avaient des queues longues allant vers la droite ou des queues courtes allant vers la gauche. Mais sur ces exemplaires répertoriés la lentille possède toujours une couronne bleue, destinée à faire penser que l’objectif était traité pour la couleur.

Sur cet exemplaire dont la lettre Q a une queue courte, la couronne derrière l’objectif est présente, mais noire. Aucune justification à cette différence n'a pu être trouvée.

Bauchet Mosquito I Survolez l'image
On remarque la lettre "Q" avec une queue courte, inclinée à gauche, et l'objectif ne possède pas de couronne bleue.


__________

Historique de Bauchet (par J. Bratières, S. Halgand)

Années 1900


Elles voient l'essor de la photographie et de l'édition de cartes postales. A Rueil, une dizaine d'entreprises de colorisation travaillent autour de ces activités et achètent du papier photographique ; on les appelle "bromuriers". La plupart de ces entreprises se fournissent en papier auprès des établissements Piprot, spécialisés dans les surfaces sensibles.

Années 1910

En septembre 1910, MM. Marie Magloire Ernest Bauchet, chimiste et Louis Charles Adolphe Joseph de Poix, ingénieur centralien, créent les Etablissements Bauchet au 29, rue du vieux Pont à Rueil et déposent une marque pour désigner des produits photographiques : "initiales BPA entre deux étoiles à cinq branches". La société produit des papiers héliographiques. En 1912, ils déménagent dans les locaux des Etablissements Photographiques Piprot, boulevard Léon Louesse. Il est probable que les Etablissements Bauchet prennent la suite des Etablissements Piprot. La famille de Poix jouera un rôle dans la vie industrielle de Rueil et d'autres villes.



En 1914, M. Bauchet participe à la guerre comme infirmier, il est réformé en 1915. de Poix est mobilisé pendant toute la guerre et décoré Chevalier de la Légion d'Honneur.
En 1918, Gauthier de Poix, frère de Charles, rejoint la société. Il poussera à la création d'une usine de production de papier propre à Bauchet ; elle sera activée en 1929.

Années 1920

En 1923, le capital est porté à 200 000 francs et une école de photographie et de cinéma est créée par Bauchet.
En 1924, le siège social est installé au 182, avenue Paul Doumer à Rueil. Tout au long de son existence, la société Bauchet dépose des brevets portant sur la chimie des films, leur fabrication, les techniques de photocopie rapide.
En 1927, Bauchet passe une annonce de recherche de clichés pour ses propres publicités. En 1928, la société commercialise un poste de TSF le Super-Ixi.

Années 1930

En 1930, l'usine emploie plus de 400 personnes et occupe 35 000 m², elle est la seule en Europe à produire son propre papier. Les produits sont exportés dans le monde entier. Le capital passe de 601 000 francs à 1 601 000 francs et la durée de la société est portée à 90 ans. En 1931, Bauchet obtient le Grand Prix de l'Exposition Coloniale organisée par "Le Photographe". En 1932, Bauchet fabrique 1 million de cartes postales par jour.
Le capital est porté à 2 300 000 francs en 1937.

XIIIème exposition de la photographie et du cinéma de 1936



Années 1940

Au début de l'occupation, l'usine continue son activité, presque comme si de rien n'était (octobre 1940).



Les Etablissements sont contraints par les occupants de travailler pour Perutz, équivalent allemand de Bauchet. Après la Libération, Bauchet fait une demande d'indemnisation au titre de dommages de guerre ( 3,8 millions de francs de l'époque). 10 millions de francs seront nécessaires pour renforcer les planchers et refaire les toits de l'usine.
En 1941, Marie Magloire Ernest Bauchet meurt et Louis Charles de Poix continue seul. La même année, De Poix et d'autres industriels créent le Groupement Interprofessionnel de Nanterre-Rueil (GINR) avec pour objectifs d'aider les entreprises adhérentes, de dispenser de la formation, de constituer un suivi médical et aussi gérer les rapports avec l'occupant (STO).
En 1942, une succursale est établie au 44 rue d'Amsterdam à Paris, elle y subsistera jusqu'en 1948.
En 1944, les produits fabriqués par Bauchet pour Otto Perutz sont mis sous séquestre.
En 1949, le logo de Bauchet change. Le nouveau réprésente la silhouette du Château de la Malmaison de Rueil, dans un cercle.

Années 1950

En 1950, Louis Charles de Poix meurt à son tour. La société emploie alors 500 personnes et il y a toujours cinq "bromuriers" à Rueil. Louis de Poix succède à son père. Bauchet lance la marque de films Rolla. L'usine occupe 4 hectares et fabrique annuellement 15 millions de m² de surface sensible (la superficie de Rueil). La société fabrique également du film ininflammable en tri-acétate de cellulose pour la photographie et le cinéma industriels.
L'entreprise est transformée en Société Anonyme en 1951.

Tout au long de son existence, Bauchet est très actif d'un point de vue marketing (on disait alors propagande), tant pour présenter l'entreprise que les produits.

En 1951, le grand concours Rolla, du photographe distrait a pour premier lot, une Renault 4CV.







Pendant plusieurs années, à partir de 1953, la marque est un annonceur important de la revue professionnelle bimestrielle Le Photographe, utilisant systématiquement le quatrième de couverture pour un publi-reportage, appelé Bulletin d'information Bauchet. Une fois écartée la pure publicité, il reste beaucoup d'informations sur la compagnie et son mode de fonctionnement.

     
      N° 4 N° 5
 
  N° 7
Présentation de
l'organisation
commerciale
N° 8 N° 9
La papeterie
N°10
N° 11
Support tri-acétate
N° 12 N° 13
Production d'énergie
N° 14 N° 15
N° 16
Campagne publicitaire
N° 17
Campagne
publicitaire
N° 18 N° 19
Photos
industrielles
N° 20
Photos
aériennes
N° 21
Photocopie des documents
N° 22
Service de contrôle
N° 23
Flash
N° 24
Flash
N° 25
Photos de
neige
N° 26 N° 27
Spécial
Platine 53
N° 28
Rolla arrive
N° 29
Equipe de
démonstrateurs
N° 30
N° 31 N° 32
Spécial
Platine 54
N° 33
Le petit format
N° 34
exposition
de
Marseille
N° 35
Le Rolla-Boat
N° 36
Le Rolla-Boat
N° 37
Les croisières
Rolla
N° 38
Fin de la
tournée
estivale 1954
N° 39 N° 40
Assistance technique
   
N° 41
Le Mosquito
N° 42 N° 43
Flash
N° 44 N° 45


Bauchet
Stand Bauchet en 1951 Stand Bauchet en 1954




Le drame de Riva-Bella


Le 21 juin 1955, 350 employés de Bauchet, participent à une excursion sur la plage de Riva-Bella. Un camion amphibie1 (Rolla-Boat), appartenant à la société Bauchet et utilisé à des fins publicitaires, avait été amené sur la plage par la route.

Deux pilotes, Henri Guadebois et son frère Camille, avaient effectué des essais préliminaires, jugés satisfaisants malgré une mer agitée.

Les sorties en mer avaient débuté sans problème, offrant une agréable promenade aux passagers.

Cependant, lors de la quatrième sortie, le moteur du Rolla-Boat cale à environ 200 mètres du rivage. Malgré les tentatives pour le redémarrer, la situation se détériore rapidement. Certains passagers réussissent à évacuer avec succès car l'eau est peu profonde. Le camion repose sur ses roues mais la plupart des passagers refusent de quitter le bateau, sous-estimant le danger imminent.



Rapidement des vagues déferlantes submergent le bateau, entraînant la perte de vingt vies, dont celles de 18 employés de l'entreprise. Les secours sont rapidement mobilisés après l'alerte de la sirène du port. Huit personnes sont sauvées, mais sept passagers sont transportés à l'hôpital de Caen sans espoir de survie.
Une double enquête est ouverte par les autorités maritimes et le parquet de Caen pour déterminer les causes de l'accident et les éventuelles responsabilités. Des questions sont soulevées quant à la sécurité du véhicule amphibie et à la réaction des passagers face au danger.
Les obsèques des victimes, principalement des employés des établissements Bauchet, se déroulent à Rueil-Malmaison après une cérémonie religieuse.



Paris-Match consacra une partie de son n° 326 à ce drame. Les photos sont extraites de ce numéro.(DR)

1Il s'agit d'un DUKW utilisé par l'armée américaine durant la seconde guerre mondiale.
Carte Postale
Bauchet à Rueil-Malmaison.
Carte postale de 1958 représentant une maquette des Ets Bauchet et Cie (Coll. P.H)

RollaRolla
Table de calcul d'exposition (Coll. JPV)

Bauchet Bauchet
Bauchet Bauchet
Une série de cartes postales "réclame"



Années 1960 et 1970

En 1965, 3M rachète Bauchet-Rolla. En 1968 et 1969, les deux veuves des fondateurs décèdent. La production locale cesse en 1970. Le site continue à assurer le développement et le support technique des ventes. 3M quitte Rueil à la fin des années 1990.

De nos jours

Photo actuelle (Google Maps) montrant l'emprise de l'usine et du siège.


Remerciements : Rueil-Malmaison, terre d'entreprise d'Arnaud Bethonnet et Sylvie Gousset, Etienne Gérard, Collection L'obturateur, Georges Pitiot, Michel Duvernois, Archives municipales de Rueil-Malmaison, Club Niepce Lumière, BNF



Objets de même marque en vente sur Ebay France (Appareil photo Bauchet) (Remis à jour toutes les 3 heures)



Appareil photo ancien MOSQUITO II, année 1948, BAUCHET, 6 X 9 FORMAT

39,00 euros
Finira le 01-07-2024 à 18:48:38